Le Chicago en Calédonie

Aller en bas

Le Chicago en Calédonie Empty Le Chicago en Calédonie

Message par valou le Mar 25 Mar - 22:19

Pour les Calédoniens passionnés par l'époque de la Seconde Guerre mondiale, le nom de Chicago a une résonance particulière. Ce cuirassé de l'US navy est en effet considéré comme le gardien du Caillou, celui qui fut présent dans les eaux calédoniennes dès le début des hostilités. Avec André Jacquier, grand connaisseur de cette époque, nous retraçons cette semaine l'histoire de ce croiseur si cher aux Calédoniens ...

Pour comprendre l'attachement des Calédoniens au cuirassé Chicago, il faut d'abord se rappeler que durant cette période critique, la zone du Pacifique Sud ne disposait pour sa protection que de trois croiseurs lourds : deux australiens, l'Australia et le Canberra, et un américain, le Chicago. De par son élégante silhouette, le Chicago était facile à identifier, lors de ses nombreuses escales dans les eaux calédoniennes.

Sa première expérience au combat remonte à avril 1942 en appui d'une opération aérienne en Nouvelle-Guinée. Il escorta ensuite le porte-avions Yorktown, lors du raid sur Tulagi, en avril 1942, puis le Lexington et le Yorktown, lors de la bataille de la Mer de Corail, du 7 et 8 mai 1942. C'est d'ailleurs une vigie du Chicago qui signala la présence d'un avion de reconnaissance japonais dans la zone. Cette observation fut capitale pour l'issue du combat, car elle permit à l'amiral anglais Grace, qui commandait le groupe, d'adopter la meilleure formation pour concentrer sa DCA. Ainsi, durant trois attaques aériennes successives, 10 avions japonais (des Betty) furent abattus.

haut de page

Torpillé dans le port de Sydney !

Dans la nuit du 31 mai 1942, en baie de Sydney, le Chicago fut attaqué par l'un des trois sous-marins de poche japonais, qui avaient réussi à s¹introduire dans le port. Une seule torpille fut lancée contre le Chicago. Mais elle le manqua et alla exploser contre un vieux ferry qui servait d'atelier. Alertés par l'explosion, les canonniers du Chicago purent faire feu sur le sous-marin de poche - Midget - qui avait fait surface lors d'une manœuvre de repli. À coups de canons de 100 mm, ils coulèrent le navire japonais. Le célèbre Fort Denison, dans la baie de Sydney, porte d'ailleurs encore les marques de cet affrontement, puis le ricochet d'un obus effleura les pierres de la tour. L'impact est toujours visible, et une plaque commémorative souligne ce fait d'armes.

haut de page

Touché à Savo ...

Au moment du débarquement à Guadalcanal, le Chicago fut intégré à l'un des trois groupes de protection des transports de troupes. Au cours de la bataille de Savo - un vrai désastre pour l'US Navy - une torpille défonça son étrave, obligeant le commandant à interrompre le feu, puis à abandonner le combat, pour regagner au plus vite Nouméa. Là, les "Seebees" colmatèrent sommairement le trou béant, pour permettre au croiseur de rallier Sydney, puis l'arsenal de San Francisco, où une réparation plus complète fut effectuée.

haut de page

Coulé à Guadalcanal !

Le Chicago ne sera de retour à Nouméa que trois mois plus tard, en janvier 1943, pour reprendre aussitôt du service. Il escorte vers Guadalcanal des transports de troupes dont le général Patch avait tant besoin.
Ce sera hélas son ultime mission, car le harcèlement incessant dont il sera alors victime aura raison de lui.
Au crépuscule du 29 janvier 1943, un premier Betty s'écrase en flammes sur sa plage arrière, causant de très sérieux dommages. Une demi-heure plus tard, deux autres bombardiers, abattus par la DCA, s'écrasent à leur tour près du croiseur. Arrosé d¹essence enflammée, le Chicago devient alors une proie facile pour les Betty, une vraie cible illuminée.
Deux torpilles touchent le navire, lui occasionnant de graves avaries. Pris en remorque et escorté par six destroyers, le Chicago est à nouveau repéré dès le lendemain. Attaqué de tous les côtés, le croiseur se trouve en mauvaise posture.
Quatre torpilles le touchent ! C'en est fini du Chicago. Le commandant donne l'ordre d'abandon du navire. L'agonie du Chicago ne dura que 19 minutes. Les destroyers présents purent recueillir 1 049 survivants du naufrage.
Ainsi disparut notre infortuné compagnon de la première heure.

haut de page

A bord du Cap des Palmes ...

A San Francisco, où il fut envoyé après avoir reçu une torpille lors de la bataille de Savo, le Chicago fut placé à côté du navire des Forces Navales de la France Libre, le Cap des Palmes, qui était en train d'être transformé en croiseur auxiliaire. Dans le cadre des opérations menées par la 3ème flotte américaine, le Cap des Palmes mena de nombreuses missions d'escorte et de patrouille, jusqu¹au 3 mai 1945, date de son départ du Pacifique.
À propos de ce navire et de ses mascottes (propres à chaque navire), le second maître Maurice Havet raconte deux anecdotes. La première concerne un singe que l'équipage avait apprivoisé et qui devint la mascotte du Cap des Palmes.
Quelques matelots eurent un jour l'idée de faire passer l'acrobate dans un petit orifice qui donnait dans la cambuse, avec l'espoir que leur mascotte leur ramènerait des boîtes de bière ! A la surprise générale, l'animal réussit à pourvoyer ses complices avec une habileté déconcertante, preuve qu'en bon marin, lui aussi appréciait une bonne bière bien fraîche ...
L'autre vedette du Cap des Palmes était un chien, un colley, qui donnait de la voix à l'approche d'un intrus, devançant toujours les détections du radar.
Sa méthode fut maintes fois vérifiée, tant et si bien qu'elle devint le signal du branle-bas de combat. Sans doute l'animal possédait outre une ouïe extra-fine, une perception suprasensorielle qui lui permettait de détecter les navires ennemis.

haut de page

Un sous-marin de poche à Nouméa ...

Un spécimen de sous-marin de poche japonais, capturé par les Américains aux abords de Guadalcanal, transita par Nouméa. Il fut amarré au quai Ouest de la Sté Le Nickel, avant d¹être embarqué sur un cargo à destination des Etats-Unis.



En 1962, un nouveau cuirassé "CHICAGO" sort des chantiers navals américains. Ce bâtiment, lanceur de missiles guidés, participera notamment à la guerre du Vietnam, et finira sa carrière prématurément en 1976.
valou
valou
Ecologistes
Ecologistes

Féminin
Nombre de messages : 1681
Age : 51
Localisation : beziers
Date d'inscription : 28/02/2008

Niveau de Courtoisie:
Gérer par le Tribunal:
Le Chicago en Calédonie Left_bar_bleue14/14Le Chicago en Calédonie Empty_bar_bleue  (14/14)
Argent de poche:
Le Chicago en Calédonie Left_bar_bleue5/100Le Chicago en Calédonie Empty_bar_bleue  (5/100)

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum