Attention à votre épargne!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Attention à votre épargne!

Message par pas moi le Sam 7 Mar - 9:12

Attention à votre épargne!
Les banques souffrent, leurs clients sont inquiets. Voici les questions que vous vous posez et les conseils de Liliane Gallifet, notre spécialiste des questions partrimoniales.

Liliane Gallifet - Paris Match



Que se passe-t-il si une banque fait faillite ?
Comptes courants, livrets, épargne-logement sont protégés à hauteur de 70 000 euros par banque. Sicav, actions, comptes à terme, certificats de dépôt restent votre propriété. Si l’argent a été utilisé par la banque (ce qui est interdit) et dilapidé, une indemnisation supplémentaire de 70 000 euros est prévue, mais pas pour les actions : elles sont restituées à hauteur de leur cours de Bourse. Ces règles valent pour les banques françaises et les filiales des banques de l’Union européenne. Les simples succursales ont leurs garanties propres (100 000 euros pour ING Direct qui a son siège aux Pays-Bas). L’assurance-vie est à part, même si le contrat a été souscrit dans une banque. Elle ouvre droit elle aussi à une indemnisation à hauteur de 70 000 euros par assureur.

Et si l’on a plusd’argent que cela ?
Ces montants valent pour une personne. Ils sont doublés pour un couple. Si ça ne couvre pas vos avoirs, ouvrez des comptes dans différents établissements. Mais avant qu’une banque française fasse faillite, il faudrait que tout s’effondre et, dans ce cas, notre épargne ne serait plus qu’un détail de l’histoire.

Peut-on encore avoir confiance dansles produits conseillés par sa banque ?
En théorie, la banque a l’obligation légale de vous vendre un produit adapté à vos besoins et de vous assurer le meilleur résultat (directive sur les Marchés d’instruments financiers). En pratique, il arrive que votre conseiller vous propose tel ou tel produit parce qu’il est payé à la commission. Plus il case de PEA, de Perp, de contrats d’assurance vie, de fonds à formule, etc., plus il gagne... Donc, méfiance. N’ouvrez pas un PEA (plan d’épargne en actions) si votre épargne est modeste et si vous n’avez même pas un livret A. Ne prenez pas un Perp si vous payez peu d’impôts (son intérêt est avant tout fiscal), ni un contrat d’assurance-vie si vous pensez utiliser cet argent d’ici deux ou trois ans. Méfiez-vous des publicités avantageuses en vitrine pour des produits prétendument sans risques, dont les performances mirifiques sont liées à celles d’un “panier d’indices boursiers” sur quelques années. Leur formule vous expose à de graves déconvenues.

La Boursepeut-elle encore baisser ?
Bien malin celui qui peut répondre ! On compte sur les doigts d’une main ceux qui ont vu arriver la crise ; alors, les pronostics pour la suite... Une chose est sûre : un jour, les marchés boursiers repartiront à la hausse. Mais, sauf si vous aimez le poker, inutile de se précipiter sur “les bonnes affaires”. Attendez que les cours aient fini de jouer au yo-yo.

Le livret A a-t-ilencore un intérêt ?
Oui, oui, oui ! Il rapporte 2,5 % net d’impôts, de prélèvements sociaux et de frais. Il est sans égal par les temps qui courent, surtout face à une inflation qui pourrait tomber à 0 %. Une famille de quatre personnes peut mettre ainsi 60 000 euros à l’abri d’un tsunami, plus 6 000 euros (le double pour un couple) grâce à son frère jumeau, le Livret de développement durable. Pour le long terme, rien ne vaut l’assurance-vie en ciblant les “fonds en euros”, appelés aussi parfois “fonds garantis” (rien à voir avec les fonds à formule, évoqués ci-avant), qui ont rapporté autour de 4 % en 2008 et devraient se maintenir à ce niveau. Mais si vous placez l’argent sur un autre type de “support”, il peut n’y avoir aucun garde-fou. Lisez bien la composition du fonds souscrit, vous saurez s’il est investi, en partie ou en totalité, en Bourse.

Les livrets qui promettent de rapporter 5 % ou6 % sur trois ou six mois sont-ils risqués ?
Non, mais ce ne sont que des promotions assorties d’une kyrielle de conditions et dont le rendement retombe ensuite comme un soufflé. Décryptez le message. Le taux est annoncé avant impôt (30,1 % de prélèvements forfaitaires ou impôt sur le revenu) et, attention, il est annualisé, donc calculé sur douze mois... Exemple : 10 000 euros placés pendant trois mois à 6 % ne rapportent pas 600 euros, mais 150 euros (avant impôt) !

Faut-il acheter de l’or ?
Pourquoi pas une pincée, si vous avez un patrimoine important et ne voulez pas mettre tous vos œufs dans le même panier... Un lingot (1 kilo) vaut actuellement autour de 24 000 euros ; un Napoléon, 153 euros. Des niveaux élevés.

Quelles précautions prendre pour son épargne ?
Il vous faut tout l’après-midi pour choisir un appareil photo ? Une semaine entière pour un ordinateur ? Plus d’un mois pour une voiture ? Et vous acceptez en quelques minutes de placer toute votre épargne sur un truc auquel vous ne comprenez rien ? Cherchez l’erreur...


Attention, renseignez-vous sur le fond de garantie des banques,
d'autre part croyez-vous que l'état soit en mesure de garantir l'épargne des Français ?
Je ne veux pas être alarmiste mais sommes-nous certains que l'argent épargné est encore dans les banques ?
Charlotte
avatar
pas moi
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum