Tarnac: Les accusations (vidéos)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tarnac: Les accusations (vidéos)

Message par alpha le Sam 20 Déc - 13:26

Benjamin Rosoux et Mathieu Burnel, tous deux désignés par la police comme faisant partie du « premier cercle » de la Cellule invisible, contestent en détail le rapport de la Sous-direction de la Police antiterroriste, dans l'affaire des sabotages de la SNCF.

Premier des quatre volets de notre enquête.

L'enquete complète sur http://www.mediapart.fr/journal/france/151208/sabotage-sncf-la-police-a-fait-un-pur-montage


SABOTAGE SNCF: DES ÉLUS CRIENT AU FEU
envoyé par latelelibre
avatar
alpha
Journalistes
Journalistes

Masculin
Nombre de messages : 372
Age : 27
Date d'inscription : 28/02/2008

Niveau de Courtoisie:
Gérer par le Tribunal:
14/14  (14/14)
Argent de poche:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ultime Hyper Totale Gauche (La Parisienne Libérée)

Message par avec-amour-et-paix le Sam 20 Déc - 15:05


http://www.dailymotion.com/related/x7q6ot_tarnac-les-accusations-enqute-vido_news/video/x7kqw4_n9-ultime-hyper-totale-gauche-la-pa_news
ha ha ha

_________________
BONJOUR A VOUS FEMME ET HOMME DU MONDE !!!!!!!!! autogestion, je suis entre la forêt et Le samsàra jusqu'as que je trouve une terre d'asile pour vivre en harmonie avec la nature, que le vent vous garde dans la voix .



avatar
avec-amour-et-paix
Journalistes
Journalistes

Masculin
Nombre de messages : 3537
Age : 54
Localisation : montpellier
Humeur : belle
tendances politiques : anarchiste
Date d'inscription : 18/02/2008

Niveau de Courtoisie:
Gérer par le Tribunal:
14/14  (14/14)
Argent de poche:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarnac: Les accusations (vidéos)

Message par avec-amour-et-paix le Mar 23 Déc - 19:58

Malgré tout, Julien Coupat restera en tôle
Des Allemands revendiquent les sabotages contre les lignes SNCF

Des anonymes ont revendiqué dans une lettre en allemand au quotidien de gauche berlinois Tageszeitung des actes de sabotage contre des lignes de chemin de fer en France et en Allemagne en novembre. "Parce que nous en avons ras le bol, nous avons dirigé aujourd'hui aux aurores notre colère contre les lignes de transport de (déchets) nucléaires", écrivent les auteurs de cette missive reçue mi-novembre par la TAZ, dont l'AFP a eu copie.

Le week-end du 11 novembre, retardé par d'énormes manifestations, un convoi de déchets nucléaires retraités en France avait mis plus de trois jours pour arriver à un centre de stockage du nord de l'Allemagne. "Avec des incendies criminels et des crochets métalliques, nous avons donné le signal de notre résistance sur les lignes Paris-Strasbourg, Paris-Lille, Paris-Rhône-Alpes, Paris-Bourgogne, Ludwigshafen-Mayence (ouest), Kassel-région de la Ruhr (centre et ouest), région de la Ruhr-Hanovre (idem), Brême-Hambourg (nord) et plusieurs lignes des environs de Berlin", poursuit cette lettre.

Le Tageszeitung a décidé de ne pas publier le document. "Nous ne l'avons pas trouvé assez intéressant d'un point de vue journalistique", a expliqué la rédactrice en chef Bascha Mika. La correspondante à Paris du quotidien a simplement évoqué la lettre dans un article sur l'enquête française publié samedi.

"Liens idéologiques plus qu'organisationnels"

"Nous ne l'avons transmis à personne et aucune autorité ne nous a jusqu'à présent interrogés à ce sujet", a ajouté Bascha Mika. Ses auteurs signent "En souvenir de Sebastian", probablement en référence à Sébastien Briat, un jeune militant antinucléaire mort écrasé le 7 novembre 2004 en Lorraine par un train "Castor" chargé de déchets nucléaires allemands à destination de La Hague (ouest de la France). "Au vu de la dimension politique des continuels foutage de gueule, abrutissement, contamination et paupérisation, nous appelons à la compréhension bienveillante des passagers des trains", soulignent-ils.

La police française enquête sur des actes de sabotage commis en novembre contre les chemins de fer français, qui ont entraîné de fortes perturbations. Le mode opératoire est d'accrocher un fer à béton dans la caténaire. Le parquet soupçonne un groupe français anarcho-autonome, autobaptisé "cellule invisible" autour de leur chef présumé Julien Coupat, d'être à l'origine de ces dégradations. Neuf personnes ont été mises en examen, dont deux sont encore en détention, et les sept autres sous contrôle judiciaire. Au début de l'enquête, la ministre française de la Défense Michèle Alliot-Marie avait estimé que "ce mouvement ultragauche a[vait] des liens avec cinq pays européens (Belgique, Allemagne, Italie, Grèce et Grande-Bretagne) et avec d'autres pays non européens". Toutefois, ce sont des liens "plus idéologiques qu'organisationnels" avec des groupes dans ces pays, avaient précisé des sources françaises.

publié le 15.12.08 par : http://www.lepoint.fr/actualites-societe/des-allemands-revendiquent-les-sabotages-contre-les-lignes-sncf/920/0/300069
flower

_________________
BONJOUR A VOUS FEMME ET HOMME DU MONDE !!!!!!!!! autogestion, je suis entre la forêt et Le samsàra jusqu'as que je trouve une terre d'asile pour vivre en harmonie avec la nature, que le vent vous garde dans la voix .



avatar
avec-amour-et-paix
Journalistes
Journalistes

Masculin
Nombre de messages : 3537
Age : 54
Localisation : montpellier
Humeur : belle
tendances politiques : anarchiste
Date d'inscription : 18/02/2008

Niveau de Courtoisie:
Gérer par le Tribunal:
14/14  (14/14)
Argent de poche:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarnac: Les accusations (vidéos)

Message par avec-amour-et-paix le Dim 4 Jan - 16:16

SABOTAGES SNCF : “Michèle Alliot-Marie cherche à faire un exemple à travers Julien”
Published on janvier 2, 2009 par Spotless Mind
Gérard Coupat estime, dans une interview à nouvelobs.com, que le maintien en détention provisoire de son fils, Julien Coupat, soupçonné d’avoir participé aux sabotages des lignes de TGV, procède d’une volonté politique visant à tuer dans l’oeuf toute révolte de la jeunesse contre le "totalitarisme mou qui tente de s’installer en France".


Vendredi, la cour d’appel de Paris a infirmé la demande d’un juge des libertés et de la détention de libération de Julien Coupat, en décidant son maintien en détention, dans le cadre de l’enquête sur les sabotages de plusieurs lignes de TGV commis en novembre. Avez-vous pu voir votre fils après l’audience

- Ma femme avait pris un parloir au cas où Julien ne serait pas libéré. Elle l’a vu pendant une demi-heure. Il était effondré après ce qu’il venait de vivre. Effondré d’avoir subi cinq fouilles à nu entre la prison de la Santé et le Palais de justice, en moins de deux heures. Quand il a voulu aller uriner avant l’audience, les policiers ont de nouveau procédé à des vérifications, il a dû enlever ses lacets, et y est allé sous leur étroite surveillance. Ce n’est qu’une fois mis dans cet état d’humiliation que l’audience a commencé. Il y a de quoi se demander si la détention préventive n’a pas pour but unique de casser les personnes. Ensuite, il s’est retrouvé face à trois magistrats en vacation qui ne connaissaient pas bien l’affaire, sachant que le dossier de Julien compte 5 tomes et qu’ils avaient 17 ou 18 affaires à traiter en moins de 8 heures. D’emblée, les magistrats se sont montrés agressifs, l’accusant de mal se tenir et le traitant d’"Essec égaré". Julien les a sentis hostiles. Il sentait que ces magistrats n’avaient pas envie de contrecarrer la volonté du parquet et du ministère de l’Intérieur.

Comment expliquez-vous son maintien en détention ?

- A partir du moment où le parquet, qui est le représentant du pouvoir politique, a utilisé une procédure exceptionnelle – le référé rétention infirmant ce que le juge des libertés, indépendant du pouvoir politique, avait décidé, à savoir la remise en liberté immédiate –, on se doutait que personne, surtout pendant les vacances où les décisions sont prises par des juges vacataires, n’allait aller à l’encontre de l’avis du parquet. Résultat, comme l’avocat de Julien va probablement déposer une nouvelle demande de remise en liberté mi-janvier, il faudra encore 15 jours pour qu’elle soit étudiée, cela signifie que Julien en reprend pour un mois minimum, alors que rien ne justifie sa détention. Depuis le début de cette affaire, on se trouve face à une justice manipulée directement par le ministère de l’Intérieur ou indirectement par le parquet; ce qui revient au même.

Pouvez-vous le voir souvent ? Parvenez-vous à échanger tous les deux ?

- On a le droit à une visite de 40 minutes environ trois fois par semaine, sachant qu’on est sous stricte surveillance pendant les entretiens, vu que Julien est considéré comme "un terroriste dangereux". Les conditions de détention sont difficiles. Le père d’Yldune (la compagne de Julien, également gardée en détention, ndlr), raconte qu’elle est réveillée toutes les deux heures, soi-disant pour qu’elle ne se suicide pas. Quand je vois Julien au parloir, je passe mon temps à lui dire qu’il faut qu’il tienne bon, qu’il prenne de la distance. Même s’il a des gros coups de barre, comme vendredi, il reste solide face aux pratiques policières visant à l’humilier.

Vous êtes persuadé de son innocence. Pourquoi ?

- Je suis convaincu que Julien n’a rien à voir avec le terrorisme. Il est en désaccord, comme beaucoup de gens, avec une politique qui instaure une surveillance et une répression accrues des individus au nom du "tout sécuritaire", qui est le nouveau credo de notre ministre de l’Intérieur. Les jeunes de Tarnac considèrent que le capitalisme financier et l’hyper consumérisme actuels détruisent la planète et la solidarité entre les hommes et entre les peuples. Mais surtout, ce qu’on leur reproche, c’est d’être des jeunes plutôt instruits, appartenant à la classe moyenne, et ayant décidé de vivre réellement selon leurs idées. Non seulement ils contestent notre mode de vie et notre organisation sociale, mais en plus ils osent mettre les leurs en application : c’est cela qui fait peur à la police. A Tarnac, sur le plateau des Millevaches, ils essaient avec des amis de mettre en pratique une nouvelle façon de vivre fondée sur une vision collective de la société et sur une certaine frugalité. C’est une expérimentation sociale. Et c’est pour cela que leur collectif a choisi le plateau des Millevaches, un milieu âpre, pauvre, froid et symbole de résistance, pour ainsi développer ces liens sociaux tellement enrichissants.

Que pensez-vous des pièces à charge du dossier ?

- Dès le premier jour, la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie a clamé qu’elle avait beaucoup de preuves à charge. Et puis, en quelques jours, ces preuves sont devenues un faisceau de présomptions, c’est à dire pas grand chose. Aujourd’hui, son dossier ne tient tellement pas la route qu’elle est obligée d’extirper des bibliothèques un livre aux auteurs anonymes. C’est vraiment n’importe quoi. Entre temps, heureusement, trois jeunes de Tarnac ont été libérés… Il ne reste que Julien et Yldune.
La police a donné aux journalistes un certain nombre d’éléments à charge pour laisser penser qu’elle avait attrapé un gros poisson. Ces éléments étaient censés prouver qu’il s’agissait de terroristes. Selon cette version, Julien serait un "grand terroriste" parce qu’il n’utilise pas de téléphone portable, parce qu’il est soi-disant caché à Tarnac, parce qu’il a passé clandestinement la frontière entre le Canada et les Etats-Unis… C’est grotesque. Mais ce que le ministère de l’Intérieur ne comprend pas, c’est que tous ces indices ridicules ne sont que des éléments du mode de vie que les jeunes de Tarnac ont choisi. Julien, pour ne prendre que la dernière accusation, ne se déplace qu’en stop, afin de prendre le temps de rencontrer et de comprendre les gens. Quant à se "cacher" à Tarnac, c’est tout le contraire : le collectif est très intégré au village, c’est grâce aux enfants du collectif que l’école se perpétue, ils tiennent l’épicerie, le bar-restaurant, le ciné-club… Je suis allé à Tarnac, et ce que j’ai vu, c’est beaucoup de travail et beaucoup de discussions. La notion de chef n’existe pas, le collectif refusant toute structure hiérarchique. Julien ne peut donc pas être "chef de bande", comme le dit Mme Alliot-Marie.
On est totalement dans la logique du marketing de la peur et de la manipulation policière. L’idée géniale mise en avant par le procureur général, c’est qu’il faut prendre le terrorisme à la base. Il a fait le parallèle avec la Bande à Baader, mettant en avant le fait que cette fois, les "terroristes" avaient été pris avant qu’ils ne soient véritablement des terroristes ! Mais, hélas pour lui, dans le collectif de Julien, il n’ont pas trouvé l’ombre d’une arme. Et pendant les six mois de filature et en dépit des dizaines de policiers à leurs trousses, ceux-ci n’ont rien trouvé de très répréhensible. Quel gâchis d’argent et d’énergie, dépensés pour rien, ou uniquement pour le cirque médiatico-policier mis en scène par le ministère de l’Intérieur !

L’enquête de police dit tout de même que Julien et Yldune ont été vus près de l’une des lignes de TGV qui a été sabotée, le 7 novembre…

- Comme ils étaient suivis depuis six mois, les policiers savaient déjà tout sur eux. Nous étions tous surveillés, les enfants et les parents. Pourquoi alors, s’ils disent savoir que Julien était avec Yldune près de cette voie ferrée, ne sont-ils pas intervenus aussitôt ? Ils disent qu’ils ont perdu leur trace dans le noir pendant 20 minutes avant de les retrouver. Or, il est impossible de saboter une caténaire, à deux, pendant un laps de temps aussi court. Les professionnels sont formels. Et comment se fait-il qu’en retrouvant leur filature, les policiers n’aient pas fouillé leur voiture pour trouver des pièces à conviction ? Bizarre…
De plus, ce que la police nomme des actes terroristes sont en réalité des actes vandalisme. La seule chose sur laquelle ils fondent la procédure terroriste est le lien qu’ils établissent entre les sabotages sur les lignes TGV et le livre "L’Insurrection qui vient", dont ils affirment sans aucune preuve que Julien est l’auteur principal. Dans ce livre, il est notamment écrit que la révolte peut passer par le blocage des voies de communication. Or, couper les voies de communication, n’est-ce pas ce que font régulièrement les cheminots en grève, les pêcheurs ou les camionneurs ? Cela fait un demi-siècle que les mouvements de contestation emploient cette technique. Et soudain, le ministère de l’Intérieur décide que ces actes seront dorénavant des actes terroristes. On marche sur la tête…
Depuis le début, une autre histoire est connue des policiers mais n’a pas été prise en compte. Dès le 9 novembre, soit deux jours avant l’attaque policière sur Tarnac, les sabotages ont été revendiqués par des écologistes allemands militant contre le transport des déchets nucléaires. Ils écrivaient dans leur communiqué qu’ils avaient mis des fers à béton sur les lignes des TGV allemandes et françaises pour marquer un grand coup. Or, de ce que je sais, pas un policier n’est allé enquêter de ce côté là.

Mais pourquoi alors, selon vous, cet acharnement sur Julien ?

- Déjà parce que la ministre de l’Intérieur ne veut pas perdre la face en libérant une personne qu’elle s’est empressées d’accuser à la légère de terroriste. En outre, les idées des jeunes de Tarnac dérangent notre ministre, qui sait qu’il y a un ras-le-bol chez les jeunes de la classe moyenne qui pourrait s’embraser, comme en Grèce. Je pense que Michèle Alliot-Marie cherche à faire un exemple à travers Julien et à tester la capacité des Français à réagir à cette nouvelle agression liberticide. Ce qu’elle fait ainsi savoir c’est : regardez, si vous osez contester, voilà ce qu’il vous arrivera. En prenant pour boucs émissaires des jeunes ayant un casier judiciaire vierge, plutôt instruits, de la classe moyenne, elle réussit bien son coup en distillant la peur à grande échelle et en prenant le rôle de la grande déesse protectrice de tous les malheureux… Espérons que les Français ne se feront pas prendre à cette mise en scène.

Vous êtes ultra présent dans les médias. Dans quel but ?

- A l’inverse de la ministre de l’Intérieur, dont les équipes n’ont pas respecté le secret de l’instruction en accusant d’emblée le collectif, nous, les parents des inculpés, nous avions décidé d’attendre la fin des 96 heures de garde à vue avant de parler à la presse. Nous voulions respecter la loi républicaine. Mais après toutes ces déclarations qui faisaient de nos enfants des coupables – car d’emblée le ministère de l’Intérieur a considéré qu’ils étaient coupables –, imaginez le travail qu’on a dû faire pour réparer cette image mensongère, qui, de plus, ne respecte pas la présomption d’innocence ! Imaginez comme c’est difficile de faire en sorte que les gens changent de point de vue quand, dès les premiers jours, Mme Alliot-Marie s’est efforcée de convaincre les Français qu’elle les a sauvés d’actes terroristes, dans un contexte de peur généralisée ! Par notre travail, les journalistes, en allant à Tarnac, se sont rendus compte ensuite par eux-mêmes qu’ils avaient été manipulés, voire bernés.

Vous mêlez, au combat du père qui veut sauver son fils, celui du citoyen qui s’insurge contre les pratiques politiques actuelles… Pourquoi ce deuxième engagement ?

- Mon premier objectif, c’est, en tant que père, qu’Yldune et Julien sortent de prison le plus vite possible. Car le but de la prison préventive, je le répète, dans ce cas, c’est de les casser. Plus courte sera cette période de détention, mieux ce sera pour nos enfants, qui risquent d’en sortir détruits. Nous sommes plutôt pessimistes, car nous voyons bien que Michèle Alliot-Marie et sa police politique mettront le paquet pour s’opposer à leur libération. Il faut savoir que lorsque les magistrats vont ordonner une enquête, c’est cette même police qui va s’en charger. On va donc se retrouver immanquablement confronté au ministère de l’Intérieur, et cela peut durer des années. Je pense qu’ils vont tout faire pour que cela prenne du temps. La justice est instrumentalisée par les policiers, c’en est le parfait exemple. Mais je me battrai tant que Julien ne sera pas blanchi de cette infamie et que les pratiques policières et du ministère de l’Intérieur ne seront pas remises en question.
Mon deuxième but, c’est de montrer à tous ce que je viens de découvrir : que ces lois, qui sont des lois d’exception faites pour al-Qaida et consorts, sont utilisées pour des personnes qui ne font que contester une politique, un mode de société. J’ai découvert la scandaleuse complicité entre la justice et le ministère de l’Intérieur, une complicité plus proche d’une république bananière que d’une démocratie en bonne et due forme. Ce que je veux dire c’est, d’une part, qu’il doit y avoir respect de la constitution française, donc présomption d’innocence et non présomption de culpabilité, et, d’autre part, qu’il doit y avoir respect des droits de l’Homme, donc que la prison doit demeurer un fait extrêmement exceptionnel.
Moi qui n’avais pas de forte démarche politique dans ma vie, qui votait tantôt à droite, tantôt à gauche, en fonction des personnalités politiques, qui avais été myope, un peu lâche, je sais désormais ce que je vais faire du reste de ma vie. Je vais m’engager contre ces lois liberticides : ce sont nous, les hommes et les femmes de 40 à 60 ans, qui avons laissé les gens au pouvoir mettre en place ces lois scélérates ; c’est à nous, avec l’aide des jeunes, de les faire sauter car elles sont contraires à l’esprit de la démocratie française.
Et puis, je vais mettre toute mon énergie pour que Tarnac continue à vivre, car c’est pour moi un symbole merveilleux de résistance au totalitarisme mou qui tente de s’installer en France. Merci au peuple de Tarnac de nous avoir réveillés.

Interview de Gérard Coupat par Sarah Halifa-Legrand pour Le Nouvel Observateur
(Mardi 30 décembre 2008)


--------------------------------------------------------------------------------

Notes ReOpenNews :

1. Voici le lien vers le comité de soutien de Julien Coupat : http://www.soutien11novembre.org/

rose

_________________
BONJOUR A VOUS FEMME ET HOMME DU MONDE !!!!!!!!! autogestion, je suis entre la forêt et Le samsàra jusqu'as que je trouve une terre d'asile pour vivre en harmonie avec la nature, que le vent vous garde dans la voix .



avatar
avec-amour-et-paix
Journalistes
Journalistes

Masculin
Nombre de messages : 3537
Age : 54
Localisation : montpellier
Humeur : belle
tendances politiques : anarchiste
Date d'inscription : 18/02/2008

Niveau de Courtoisie:
Gérer par le Tribunal:
14/14  (14/14)
Argent de poche:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarnac: Les accusations (vidéos)

Message par avec-amour-et-paix le Dim 4 Jan - 16:27

la pétition

http://www.soutien11novembre.org/index.php?option=com_content&view=article&id=60:petition&catid=34:petition&Itemid=38

_________________
BONJOUR A VOUS FEMME ET HOMME DU MONDE !!!!!!!!! autogestion, je suis entre la forêt et Le samsàra jusqu'as que je trouve une terre d'asile pour vivre en harmonie avec la nature, que le vent vous garde dans la voix .



avatar
avec-amour-et-paix
Journalistes
Journalistes

Masculin
Nombre de messages : 3537
Age : 54
Localisation : montpellier
Humeur : belle
tendances politiques : anarchiste
Date d'inscription : 18/02/2008

Niveau de Courtoisie:
Gérer par le Tribunal:
14/14  (14/14)
Argent de poche:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Affaire de Tarnac : Devoir de haine face à la violence sociale (?)

Message par avec-amour-et-paix le Mar 14 Avr - 10:13

Affaire de Tarnac : Devoir de haine face à la violence sociale (?)
Le 11 novembre 2008, dix jeunes gens résidant à Tarnac, petit village de Corrèze, ont été interpellés suite à des actes de sabotage de lignes de chemin de fer ayant causé la rupture de plusieurs caténaires et entraîné le retard de certains TGV sur la ligne Paris-Lille. L’opération baptisée « opération Taïga » a été menée d’une manière musclée et à grands renforts médiatiques, par 150 policiers cagoulés, hélicoptères dans le ciel, fusils d’assaut et portes défoncées. Au même moment, des perquisitions ont eu lieu simultanément à Rouen, Paris, Limoges, et Metz. Pour accréditer la thèse du terrorisme et ses prétendues ramifications internationales, des perquisitions, des saisies et une arrestation ont eu lieu le 27 décembre 2008 chez les membres belges du comité de soutien aux jeunes de Tarnac.



Manifestation pour libération de Julien Coupat, le 31 janvier dernier à Paris


Pour la police et la Justice, les jeunes gens arrêtés à Tarnac font partie du « noyau dur d’une cellule qui avait pour objet la lutte armée ». L’accusation prétend avoir découvert les « armes du terrorisme» à Tarnac : l’ouvrage devenu célèbre, l’Insurrection qui vient, un horaire de la SNCF, une échelle et la présence de cinq suspects près des lignes sabotées. Ces indices matériels semblent concourir à la qualification d’actes de terrorisme nécessitant le recours à des procédures spéciales destinées à la « lutte contre le terrorisme ». Aussitôt après l’interpellation des jeunes gens de Tarnac, la ministre de la police et de la répression, Madame Alliot-Marie, a pointé du doigt « l’ultra-gauche » et la « mouvance anarcho-autonome », et « anarcho-libertaire ». Les autorités policières et judiciaires présentent les jeunes gens de Tarnac comme des « activistes politiques » qui « tiennent des discours très radicaux », qui entretiennent « des liens avec des groupes étrangers » et qui « participaient de façon régulière à des manifestations politiques » notamment « aux cortèges contre le fichier Edwige et contre le renforcement des mesures sur l’immigration ». Leur habitat est décrit comme un « lieu de rassemblement, d’endoctrinement, une base arrière pour les actions violentes (voir l’article de Jean-Claude Paye, l’Arnaque sécuritaire de Tarnac du 18 janvier 2009).

D’abord une première remarque concernant la mouvance anacho-autonome. Soyons indulgent et moins regardant sur la précision sémantique du langage des policiers et des politiciens qui utilisent des mots et des concepts à l’emporte-pièce. Le terme ultra gauche est utilisé habituellement pour désigner des groupes situés à la gauche de l’extrême gauche représentée en France par la Lutte ouvrière dirigée aujourd’hui par Nathalie Arthaud qui vient de succéder à Arlette Laguiller et la LCR d’Olivier Besancenot qui vient de fonder le NPA, Nouveau parti anticapitaliste (sur l’histoire du terme ultra gauche, lire l’article de Claude Guillon, Généalogie d’une invention, 7 décembre 2008.). Cette ultra-gauche rassemble tous ceux qui ne refusent le jeu des élections et des institutions existantes. Parmi ces groupes, il y a effectivement les anarchistes et les autonomes. Mais les anarchistes ne sont pas des autonomes bien qu’ils se rejoignent sur certains. Les anarchistes ont une longue histoire qui remonte au XIXe siècle et dont les pères fondateurs s’appelaient Max Stirner, Joseph Proudhon et Michel Bakounine. Quant aux autonomes, ils appartiennent à un mouvement politique apparu en Italie au début des années 1970 portant le nom d’ ”Autonomia opereria” (autonomie ouvrière) avec pour but de lutter en faveur de l’autonomie du prolétariat par rapport à l’Etat, au capitalisme, aux syndicats et aux partis politiques traditionnels. Bien que l’anarchisme et le mouvement autonome soient deux courants de pensée distincts, ils partagent cependant des points communs comme le refus des normes politiques existantes, l’État, les partis politiques et l’autonomie dans la façon de penser et de faire. Le mouvement autonome a eu des disciples en France en la personne de Yann Moulier Boutang qui a fondé la revue « Camarades ». La Cause du peuple, journal dirigé par Jean Paul Sartre, exprimait les idées de la Gauche prolétarienne, un courant politique se réclamant du mouvement autonome. À la différence des anarchistes, certains courants du mouvement autonome français, bien qu’hostiles aux partis et aux syndicats, n’étaient pas opposés à l’idée d’un État fort pourvu qu’il défende les acquis de l’autonomie. C’est la question de l’État qui différencie les courants anarchistes et libertaires aussi bien des militants du mouvement autonome que des courants marxistes et des communistes. Cette confusion opérée par les services des renseignements entre anarchistes et autonomes témoigne soit d ”une totale ignorance des caractères spécifiques de ces deux courants de pensée soit d’une stratégie policière délibérée visant à accréditer l’idée de l’existence d’un large mouvement de conspiration, la « mouvance anarcho-autonome » intégrant des réseaux terroristes structurés et bien organisés.



COMMENTAIRE D’ARRÊT

Allant à l’encontre d’une décision rendue par le Juge des libertés, ordonnant la mise en liberté de Julien Coupat, la Cour d’Appel de Paris en a décidé autrement donnant suite favorable au référé détention du Parquet. D’ailleurs, le juge qui a ordonné la remise en liberté de Julien Coupat a complètement disparu de la procédure (voir l’entretien de l’avocate de Julien Coupat, Maître Irène Terrel) . L’ordonnance de maintien en détention de Julien Coupat a été publié par le site Bakchich.info le 30 janvier 2009. Je voudrais procéder comme un sage étudiant en droit à ce redoutable exercice qu’est le commentaire d’arrêt.

Voici ce que dit l’ordonnance du 23 décembre 2008 rendue par la Cour d’Appel de Paris pour justifier le maintien en détention à la prison de la Santé de Julien Coupat depuis le 15 novembre 2008. Les motifs avancés par la Cour pour justifier le maintien de Coupat en détention ont pour but de :

« mettre fin au trouble exceptionnel et persistant à l’ordre public provoqué par la gravité des infractions, les circonstances de leur commission et le préjudice qu’elles ont causé, s’agissant d’une idéologie de destruction cherchant à ébranler les structures de la société par des attaques massives et violentes contre les moyens de communication, suscitant une très vive inquiétude dans l’ensemble de la population »

Rappelons par ailleurs que Julien Coupat est incarcéré pour :

« des chefs de : direction et organisation de malfaiteurs en vue de préparer des actes de TERRORISME (le mot est écrit en lettres majuscules), destruction ou dégradation en réunion en relation avec une entreprise TERRORISTE(le mot est écrit en lettres majuscules), refus de se soumettre à un prélèvement biologique en relation connexe avec une entreprise TERRORISTE(le mot est écrit en lettres majuscules).

A- TROUBLE EXCEPTIONNEL ET PERSISTANT A L’ORDRE PUBLIC

Si l’on tente un examen attentif des motifs contenus dans l’ordonnance de la Cour d’Appel de Paris, on découvre que Julien Coupat et ses camarades ont été mis en prison non pas spécialement pour avoir causé un « trouble exceptionnel et persistant à l’ordre public » mais plutôt pour leurs idées et leur mode de vie. La justice reproche aux ados de Tarnac leurs »mauvaises lectures » et leur « idéologie de destruction ». L’idée que Julien Coupat et ses camarades ont provoqué un « trouble exceptionnel et persistant à l’ordre public » ne résiste pas un seul instant à l’examen, car, ce qui a troublé à l’ordre, ce ne sont pas les jeunes de Tarnac mais plutôt le tapage médiatique, radios, télévision et mass medias contrôlées par les amis de Sarkozy(Lagardère, Dassault et Bouygues) qui a entouré leur arrestation un matin du 11 novembre. Sans ce tapage médiatique et policier, personne en France n’aurait jamais entendu parler des jeunes gens de Tarnac ni de « sabotage » de lignes de la SNCF. D’ailleurs, le terme de sabotage a été soigneusement choisi par la police, la justice et la ministre pour faire croire à la population que l’on vit dans une ambiance de guerre qui rappelle celle de la Deuxième guerre mondiale où les voies de communication allemandes étaient fréquemment sabotées par les résistants français pour empêcher l’arrivée de renforts nazis en France. Quelques trains étaient partis avec du retard après la rupture de caténaires, peut-on appeler cela de sabotage de lignes de chemins de fer. En tout cas, les jeunes gens de Tarnac sont plutôt des piètres amateurs à côté des saboteurs français de la Seconde Guerre mondiale. Le terme sabotage a été sciemment choisi par les policiers et l’autorité judiciaire et relayé par les medias, pour s’intégrer dans casting du film des dangereux et redoutables « terroristes » de Tarnac.

Par ailleurs, si sabotage il y a eu, en quoi a-t-il provoqué un trouble à l’ordre public ? D’abord, la notion de trouble à l’ordre public est une notion fourre-tout. Elle est trop générale pour nous dire ce qu’est réellement un trouble à l’ordre public. À mon sens, pour mieux comprendre ce que signifie dans un système comme le mode de production capitaliste, il faut garder à l’esprit le principe qui est l’origine de son fonctionnement, c’est la libre circulation des hommes et des marchandises. Pour qu’il y ait un véritable trouble à l’ordre public dans un système capitaliste, deux conditions doivent être réunies : 1) l’empêchement des producteurs de la plus-value de se rendre sur le lieu de l’extorsion du profit ; 2) empêchement de la circulation des marchandises produites qui achève le processus de l’extorsion de la plus-value par la conversion de la valeur d’usage en valeur marchande et par la transformation des marchandise en leur équivalent monétaire. A part ces deux conditions, l’ordre capitaliste marche comme sur des roulettes et rien ne le perturbe malgré quelques faits divers et quelques gestes qui sont plutôt du vandalisme, de l’incivilité et du défoulement de casseurs et d’incendiaires de voitures en mal de vivre et qui s’ennuient à mort dans leur vie quotidienne mais qui n’ont jamais fait peur à personne et surtout pas à ceux qui veillent au bon grain, la police et l’armée.

B- GRAVITÉ DES INFRACTIONS, LES CIRCONSTANCES DE LEUR COMMISSION ET LE PRÉJUDICE QU’ELLES ONT CAUSÉ

À ce jour, soit 5 mois après les faits, ni la police ni la justice n’ont pu avancer un seul élément probant susceptible de démontrer une quelconque implication des jeunes gens de Tarnac dans une entreprise terroriste. Il ne suffit pas de disposer d’indices matériels, encore faut-il démontrer un lien de causalité entre les éléments ainsi rassemblés et l’intention délictuelle ou criminelle des mis en examen de Tarnac. Admettons par ailleurs que le groupe de Tarnac ait provoqué l’arrêt ou le retard des trains TGV, pourquoi l’arrêt ou le retard des trains mériterait-il la mobilisation de 150 policiers, des perquisitions en France et en Belgique et des hélicoptères dans le ciel? En quoi mettre un morceau de ferraille sur des caténaires de la SNCF s’avère–t-il un acte plus grave que le blocage des trains par des éleveurs en colère, la destruction du parlement de Bretagne par les marins ou l’incendie d’un immeuble de la Sécurité sociale par des agriculteurs dans le Midi? Comme dit l’auteur d’un article drôle, ces épouvantables jeunes gens de Tarnac, ces Baader de la Corrèze ont commis peut-être commis un acte d’incivilité et ils mériteront certes une fessé mais sûrement pas les journaux de télé, des hélicoptères dans le ciel, 150 policiers cagoulés et une Cour spéciale de « justice » (lire cet article drôle sur le site Bakchich.info) « Quand l’anarchie a le dos large, 12 novembre 2008 ». En utilisant les gros moyens, la Justice et la police ont utilisé un gourdin pour assommer une mouche (Lire l’article de Nicolas Beau, L’ultra gauche plus proche du vandalisme que du terrorisme, dans Bakchich.info du 23 décembre 2008).

Pour mesurer la gravité des faits allégués à l’encontre des jeunes de Tarnac, il faut comparer différentes situations de violence. En quoi un morceau de ferraille jeté sur une caténaire est-il un acte plus grave que de fermer une usine en mettant à carreaux des milliers de salariés ? Jeter un morceau sur une voie ferrée retardera le train mais le licenciement et le chômage sont des actes beaucoup plus graves et ils constituent une forme de violence certes discrète et muette mais beaucoup plus destructrice pour les hommes. Quand des plans sociaux annoncés avec à la clé des centaines voire des milliers de chômeurs jetés dans la rue, cette décision trouble beaucoup plus l’ordre public que de jeter un morceau de ferraille qui retardera quelques trains mais qui n’entraînera pas des conséquences psychiques et matérielles aussi dramatiques que le chômage. Car il faut savoir que dans nos sociétés actuelles, tout est payant et tout est conditionné par l’argent. C’est l’emploi qui apporte le salaire et la sécurité de l’emploi est une nécessité sans laquelle il n’est pas possible de survivre et, de vivre réellement, de progresser et de se réaliser en utilisant les mains et le cerveau. Mais l’emploi n’est pas seulement synonyme de salaire qui permet au salarié de vivre dignement de son salaire, il est aussi un puissant vecteur de sociabilité liant les hommes les uns aux autres dans des relations de camaraderie et de convivialité. L’ambiance dans l’entreprise montre que les salariés attendent autre chose que le seul gain financier. La vie sociale commence dans le travail et tant que nos sociétés n’auront pas réussi à créer les conditions de travail qui permettent à chaque individu de gagner sa vie et de dépasser les seuls travaux de nécessité, le système actuel est voué à son autodestruction et il chancellera sur ses bases. Malgré la gravité de l’acte de licenciement, nous n’avons jamais vu débarquer 150 policiers cagoulés appuyés par des hélicoptères dans le ciel dans une entreprise qui ferme ou qui licencie pour arrêter le PDG et les actionnaires pour trouble à l’ordre public alors que par leurs actes, ils ont brisé des vies entières et ils ont troublé l’ordre social beaucoup plus des trains partis en retard.

On peut extrapoler et dire la même chose des infractions commises par les hommes politiques. En quoi les actes commis par les jeunes de Tarnac sont-ils plus graves que le détournement par des hommes politiques, des chefs d’entreprise et des PDG, des millions d’euros sans être inquiétés ni poursuivis par la Justice pour escroquerie ou pour détournement de fonds publics ? Comme chacun le sait, si par miracle, ils sont condamnés, ils vont soit prendre l’air ailleurs pour se faire une virginité politique avant de retrouver leur ancien siège d’élu ou leur ancien poste, soit, s’agissant d’hommes d’affaire, ils sortiront de prison au bout de quelques mois grâce au paiement d’une caution avancée par des généreux donateurs. Qui trouble le plus l’ordre public, ceux qui jettent un morceau de ferraille sur une caténaire ou ceux qui partent avec la caisse pour aller s’installer dans des paradis fiscaux, comme les Iles caïman, les Bahamas, Monaco, Lichtenstein etc ?

_________________
BONJOUR A VOUS FEMME ET HOMME DU MONDE !!!!!!!!! autogestion, je suis entre la forêt et Le samsàra jusqu'as que je trouve une terre d'asile pour vivre en harmonie avec la nature, que le vent vous garde dans la voix .



avatar
avec-amour-et-paix
Journalistes
Journalistes

Masculin
Nombre de messages : 3537
Age : 54
Localisation : montpellier
Humeur : belle
tendances politiques : anarchiste
Date d'inscription : 18/02/2008

Niveau de Courtoisie:
Gérer par le Tribunal:
14/14  (14/14)
Argent de poche:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarnac: Les accusations (vidéos)

Message par avec-amour-et-paix le Mar 14 Avr - 10:13

C- IDÉOLOGIE DE DESTRUCTION CHERCHANT À ÉBRANLER LES STRUCTURES DE LA SOCIÉTÉ PAR DES ATTAQUES MASSIVES ET VIOLENTES CONTRE LES MOYENS DE COMMUNICATION

Le reproche fait par la Cour d’appel de Paris à Julien Coupat, c’est d’avoir des idées et une « idéologie de destruction ». Ce faisant, la Cour d’appel criminalise la liberté de pensée et de conviction des citoyens, une liberté affirmée jusqu’à preuve du contraire par la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et par la constitution. En accusant Julien Coupat d’être adepte d’une idéologie de destruction, ses juges pensent être en dehors de toute idéologie en pensent appliquer des règles juridiques en dehors de toute contamination idéologique. En refusant à Julien Coupat d’avoir sa propre idéologie, soit-elle la plus destructrice, on viole une liberté publique que l’on appelle encore la liberté d’expression. Julien Coupat comme tout citoyen français a le droit d’avoir des idées et une idéologie autant que ses juges et les hommes politiques. Les juges de la Cour d’appel de Paris jugent donc Julien Coupat non pas sur des actes commis mais sur une idéologie. Dans la typologie des régimes politiques, parmi les critères qui différencient les démocraties libérales des régimes totalitaires, entendons les systèmes communistes, se trouvent la liberté d’expression et l’existence de plusieurs idéologies dans les premières alors que les communistes ne tolèrent ni liberté d’expression ni d’idéologies autres que l’idéologie officielle. Dans les démocraties occidentales, la liberté d’expression est certes affirmée et proclamée constitutionnellement mais il existe par ailleurs des restrictions qui lui ôtent toute portée. On peut citer deux facteurs qui limitent la liberté d’expression dans les démocraties occidentales: le monopole de la propagande politique par la classe capitaliste qui contrôle les mass medias et l’existence des dispositions juridiques et législatives qui entravent la liberté d’expression. Prenons par exemple la loi du 29 juillet 1881, une loi périodiquement modifiée et modernisée par le législateur et la jurisprudence. Cette loi de 1881 comporte en ses articles 23 et suivants, la longue liste des infractions commises par voie de presse ou par tout autre »support de l’écrit, de la parole et de l’image » : provocation à commettre un fait qualifié crime ou délit, apologie de tel ou tel, diffusion de fausses nouvelles, injure ou diffamation envers les particuliers, les agents publics, les parlementaires, les tribunaux, les corps constitués, les armées, les officiers, le Président de la République,, les gouvernements et représentants d’États étrangers. Il faut y ajouter les outrages envers les dépositaires de l’autorité et de la force publique ainsi que le droit de rectification gratuite dont jouit, envers une publication, tout dépositaire de l’autorité publique au sujet d’actes de sa fonction qu’elle aurait inexactement rapportés. Une jurisprudence judiciaire, si elle n’oblige pas l’auteur d’écrits historiques ou journalistiques au conformisme total, elle lui interdit de passer sous silence des éléments ou analyses dès qu’ils sont suffisamment notoires. Un fonctionnaire ne peut dire et écrire ce qu’il veut puisqu’une jurisprudence administrative lui interdit d’émettre des opinions de nature à faire douter de son loyalisme envers les institutions et ceux qui les incarnent. Même hors service, s’applique aussi un devoir de réserve. Nous avons un exemple récent en la personne de Bruno Guigue, sous préfet en Gironde qui a été révoqué par Allliot Marie pour violation de droit de réserve suite à ses prises de position pro palestiniennes (sur la révocation de Bruno Guigue sous-préfet de la Gironde pour des articles critiquant le lobby juif en France, voir notre article sur Bruno Guigue) . Vous pouvez dire et écrire tout ce que vous voudrez pourvu que vos idées ne viennent pas heurter frontalement l’idéologie capitaliste dominante. Si vos idées contestataires trouvent par miracle un éditeur pour les publier, il y a de fortes chances qu’elles soient noyées dans la masse des idées conformistes que véhiculent et propagent les canaux de production et de diffusion contrôlés par des grands groupes capitalistes. À ce monopole de la propagande politique par la classe capitaliste s’ajoutent de nombreuses interdictions prévues par la loi de 1881 sur la presse. Que reste-t-il alors de la liberté d’expression ? Rien, sinon on peut parler de tout et de rien. Sauf évidemment de l’essentiel.

L’affaire de Julien Coupat est l’exemple type d’une liberté d’expression en trompe-l’oeil. Au fond, Julien Coupat est embastillé actuellement à la Santé non pas parce qu’il a commis des actes répréhensibles mais parce qu’il est porteur selon les termes de l’ordonnance d’une « idéologie de destruction cherchant à ébranler les structures de la société par des attaques massives et violentes contre les moyens de communication ». Même l’éditeur de l’ouvrage « l’Insurrection qui vient », Eric Hazan a été entendu le jeudi 9 avril par la Police judiciaire dans une affaire de terrorisme(voir l’article de Erich Inciyan et de Jade Lindgaard). Alors qu’un éditeur devrait normalement répondre d’infractions commises dans le cadre de la loi du 24 juillet 1881 sur la presse.

_________________
BONJOUR A VOUS FEMME ET HOMME DU MONDE !!!!!!!!! autogestion, je suis entre la forêt et Le samsàra jusqu'as que je trouve une terre d'asile pour vivre en harmonie avec la nature, que le vent vous garde dans la voix .



avatar
avec-amour-et-paix
Journalistes
Journalistes

Masculin
Nombre de messages : 3537
Age : 54
Localisation : montpellier
Humeur : belle
tendances politiques : anarchiste
Date d'inscription : 18/02/2008

Niveau de Courtoisie:
Gérer par le Tribunal:
14/14  (14/14)
Argent de poche:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarnac: Les accusations (vidéos)

Message par avec-amour-et-paix le Mar 14 Avr - 10:15

D- Julien Coupat est accusé « des chefs de : direction et organisation de malfaiteurs en vue de préparer des actes de TERRORISME (le mot est écrit en lettres majuscules), destruction ou dégradation en réunion en relation avec une entreprise TERRORISTE (le mot est écrit en lettres majuscules), refus de se soumettre à un prélèvement biologique en relation connexe avec une entreprise TERRORISTE (le mot est écrit en lettres majuscules).

Si l’on cherche à méditer ces chefs d’accusation, on découvre que Julien Coupât ainsi que ses amis sont coupables non pas d’avoir commis des actes terroristes mais parce qu’ils sont porteurs d’une « idéologie de destruction ». L’affaire coupa et des jeunes de Tarmac ont d’être une affaire policière et judiciaire mais elle n’a rien à voir au fond ni avec le droit ni avec le Justice; c’est une simple affaire de règlement de compte d’un système qui cherche à se défendre contre ses ennemis. L’affaire Coupat et les jeunes de Tarnac, c’est une affaire d’État et d’une classe qui instrumentalisent la justice et la police pour punir tous ceux qui sont tentés tant soit peu par une quelconque volonté d’ « ébranler les structures de la société ». D’ailleurs, cette lutte implacable d’un Etat et d’une classe contre leurs ennemis ne date pas d’aujourd’hui avec l’affaire Coupat et du groupe de Tarnac. Ella est une constante et elle remonte loin dans l’histoire. Le reproche fait à Coupat et à ses amis sur leur « idéologie de destruction », on le trouve dans les rapports de police et dans les procès politiques contre les militants socialistes, communistes et anarchistes depuis les Enragés et Gracchus Babeuf sous la révolution française et tout au long du XIXe siècle. Cette constante dans la lutte du système capitaliste contre ses ennemis a été parfaitement résumée par Proudhon qui écrit « il est de l’essence d’une réaction de manifester, à mesure que la révolution la presse, ses mauvais penchants…Ainsi un gouvernement se trouvait gêné par les institutions ! le droit ne suffisait pas à le défendre ; il lui fallait de l’arbitraire »(Proudhon, Idée générale de la révolution au 19e siècle, pp 14-15). Les détracteurs du système capitaliste s’appellent aujourd’hui l’ultra-gauche et la « mouvance anarcho- autonome », ceux des années 1960-1980, « années de plomb » s’appelaient Action Directe en France, Fraction Armé Rouge(Rote Armee Fraktion) en Allemagne, les Brigades Rouges(Brigade rosse) en Italie, Cellules Combattantes communistes en Belgique, 17 novembre en Grèce, Grapo en Espagne, Fractions Armées révolutionnaires Libanaises dont des militants sont encore emprisonnés en France. Sous la Révolution française, il y avait les Enragés de 1793, Gracchus Babeuf, puis dans la première moitié du XIXe siècle, les sociétés secrètes de tradition babouviste popularisées par Buonarroti à travers ses loges(Haute vente, Monde, Sfera. En 1839, les sociétés secrètes ont été démantelées après le coup de force de Blanqui et de Barbès. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, les États capitalistes européens avaient accusé l’Association Internationale des Travailleurs (AIT), d’être une conjuration secrète et le commanditaire d’attentats et des explosions dans différents pays. Alors que l’AIT était une instance de coordination de l’action des travailleurs des différents pays. Pendant la Commue de Paris, Thiers l’a dénoncée comme le tyran du capital et Picard donnait l’ordre de couper tous les moyens de communication entre les membres français de l’AIT et leurs collègues à l’étranger.

Ce qui a changé entre le XIXe siècle et aujourd’hui, c’est que le terroriste a remplacé le subversif de jadis. Alors que Babeuf, Blanqui et Barbès étaient qualifiés de subversifs, Coupat et les jeunes gens de Tarmac sont devenus des terroristes. Mais le commun dénominateur entre Babeuf, Blanqui, Barbès, Coupat et les jeunes de Tarnac est la dénonciation de la violence structurelle inhérente aux rapports sociaux capitalistes. La violence dont le terrorisme est la forme extrême est une donnée intrinsèque à toute société fondée sur l’exploitation du travail. À croire le discours dominant, le terrorisme se réduit à un meurtre de civils innocents. Durant la guerre d’Algérie, les combattants du FLN étaient des terroristes et aujourd’hui, les combattants palestiniens sont des terroristes pour l’État sioniste. Mais les « terroristes » algériens et palestiniens tuent-ils des civils innocents, pour le plaisir de tuer des civils innocents ou pour se défendre face à une agression colonialiste ? Tuent-ils parce qu’ils sont assoiffés de sang ou parce qu’ils sont des résistants cherchant à défendre leur cause nationale et leur dignité d’hommes ? Un Palestinien qui se fait exploser au milieu d’une foule et qui tue des civils innocents est tout de suite présenté dans les médias du monde entier comme un terroriste. Son acte doit être condamné sans appel. Mais ceux qui le qualifient de terroriste et l’accusent de terrorisme oublient une chose que s’il se fait exploser, c’est parce qu’il n’a pas comme arme pour se défendre que son corps. Pour que le Palestinien cesse d’être terroriste, donnez-lui des avions et des chars et vous verrez qu’il cessera d’être un terroriste qui se fait exploser en tuant des civils innocents pour devenir un vrai combattant luttant à armes égales contre les occupants et les usurpateurs de la terre. Pourquoi les militants du Hezbollah libanais ne se font-ils pas exploser comme les combattants du Hamas ? Pourtant le Liban, comme la Palestine, avait été occupé pendant dix-huit ans par l’armée sioniste. Si les militants du Hezbollah libanais n’avaient pas utilisé la technique des kamikazes palestiniens, c’est parce qu’ils se sont dotés des moyens militaires leur permettant de résister et de combattre la machine de guerre sioniste, comme lors de la guerre de juillet-août 2006.

On voit bien que la frontière entre terrorisme, violence et résistance est indistincte et bien mouvante pour que l’on puisse donner une définition bien tranchée de ces termes. C’est une vision manichéenne des choses qui identifie terrorisme et meurtre de civils innocents. Le matraquage systématique pratiqué dans les mass medias capitalistes finit par persuader les opinions publiques qu’il ne saurait y avoir de terrorisme que le terrorisme et la violence terroriste islamique. C’est cette vision réductrice qui empêche d’examiner les différentes facettes du terrorisme et de la violence terroriste. Ceux qui résistent à l’exploitation de l’homme par l’homme sont-ils des terroristes ou des résistants? Si l’on suit aveuglement tous les clichés fabriqués par les États impérialistes (Etats-Unis et Europe), pourquoi ne pas décerner le « prix Nobel de la lutte contre le terrorisme » à George Bush et à Tony Blair pour avoir provoqué la mort de 1,2 million d’irakiens morts depuis l’invasion de l’Irak il y a six ans jour pour jour ? Il faudra aussi décerner le « prix Nobel de la lutte contre le terrorisme » à tous les Chefs d’État dont les armées tuent tous les jours des civils et des enfants en Afghanistan.




« Le train-train quotidien va bientôt dérailler », manif du 31 janvier 2009


GROUPE DE TARNAC, UN CAS DE PATHOLOGIE SOCIALE

L’accusation de terrorisme des jeunes gens de Tarnac est tout simplement une accusation farfelue dénuée de tout fondement. Ce que l’on reproche aux jeunes gens de Tarnac, c’est leur refus d’un mode de vie et leur sortie du circuit de la production et de la consommation. La ministre de la police et de la répression dévoile le fonds de sa pensée quand elle parlent des jeunes gens de Tarnac en ces termes « Ils ont adopté la méthode de la clandestinité. Ils n’utilisent jamais de téléphone portable et résident dans des endroits où ils se sont arrangés pour avoir dans le village de Tarnac, des relations amicales avec les gens qui pouvaient les prévenir de la présence d’ étrangers» (cité par Jean-Claude Paye, dans l’Arnaque sécuritaire de Tarnac, article déjà cité). Aller dans un village de 350 âmes en Corrèze devient un acte suspect et ceux qui s’y aventurent sont soupçonnés d’être des terroristes. Ne pas avoir de téléphone portable devient un acte suspect, car les jeunes gens de Tarnac ont opté pour le téléphone arabe de Ben Laden pour ne pas se faire prendre. Entretenir des relations amicales avec les gens du village est un geste condamnable, car il est interdit d’aller à l’encontre de l’égoïsme ambiant et de l’individualisme possessif, c’est-à-dire, le principe du chacun pour soi et Dieu pour tous.

Ceux qui reprochent aux jeunes gens de Tarnac leur choix d’un mode de vie un peu « louche », oublient de s’interroger sur les raisons profondes qui sont à l’origine de cette rupture avec les normes sociales dominantes. La décision de ces jeunes gens de quitter les villes et d’aller vivre à la campagne doit être analysée comme une réaction endémique et un cas de pathologie sociale face à une société qui n’a plus rien à offrir à sa jeunesse, sinon le chômage, la précarité et un environnement anxiogène. En allant s’installer dans un petit village de Corrèze, le groupe de Tarnac a voulu envoyer un message clair: le refus d’un mode de production, en l’occurrence le mode de production capitaliste, MDC et d’une idéologie qui érige la concurrence et la lutte pour l’existence comme normes de la vie sociale. Ces jeunes gens de Tarnac ont observé la montée du chômage de masse qui réduit les hommes o ne plus comme horizon que la précarité, le salaire de misère, les restaurants du Cœur et les associations de charité, publiques et privées.

L’épicerie de Tarnac n’est pas un choix arbitraire. Sa création en dit long sur le parti pris et les motivations des jeunes gens qui ont sans doute observé et analysé la logique de fonctionnement d’un système où la dominance oriente les rapports sociaux et où les besoins des classes dominées sont définis par les groupes dominants, économiques et politiques, en fonction de leurs propres intérêts. Il est bien évident que les rapports de classes, la recherche du profit, la reproduction du système social, les luttes pour le pouvoir ont des incidences sur la détermination des besoins sociaux. La notion de besoin est souvent confondue avec celles de désir, de pulsions et d’instinct et d’intérêt. La forme la plus radicale de réhabilitation du besoin consiste à l’inscrire dans la logique même de la vie, la logique biologique. Bichat disait « la vie est l’ensemble des fonctions qui résistent à la mort ». Si la production était orientée d’après une consommation fondée sur la seule valeur d’usage, les objets produits iront à la satisfaction des désirs et des besoins des individus et des groupes sociaux. Mais nous vivons dans un système capitaliste où la consommation est déterminée par la production des biens et des services à des fins de profit et c’est la valeur marchande qui l’emporte sur la valeur d’usage. Cette valeur d’échange se réfère non aux besoins des groupes et des individus et aux désirs de tous les hommes mais aux intérêts des groupes dominants qui manipulent les désirs et les besoins à des fins purement mercantiles. Dans le mode de production capitaliste, ce ne sont pas les besoins qui déterminent l’offre de biens, c’est l’offre de biens qui, par cibles et créneaux (explorés par le marketing, exploités par la publicité), induit une demande « solvable » maximisée. L’idée d’un « client-roi » est un mythe fabriqué. Le besoin solvable qui est le seul que connaît le marché peut ne pas correspondre à un besoin réel et peut ne pas satisfaire du tout ou du moins une infime partie du vrai besoin. Avec le perfectionnement des moyens de manipulation mentale des hommes, les vrais besoins sociaux et individuels ont dû céder la place à des faux besoins et des faux désirs. Pour quelqu’un qui s’ennuie dans son HLM, acheter de l’alcool et des films d’évasion prime sur l’achat d’une nourriture saine(bio par exemple) ou la lecture d’un livre susceptible d’enrichir l’esprit. L’inconscient n’est plus seulement ce qui nous détermine- en partie, à notre insu, c’est aussi ce qui nous détermine de l’extérieur juste au moment où nous croyons nous déterminer nous-mêmes (librement). Cet extérieur n’est autre que le Pouvoir politique qui réprime le vrai besoin pour ne laisser aux individus et aux groupes que les faux besoins et les faux désirs. Le régime psychologique des besoins, leur vocation culturelle, dépendent intrinsèquement du régime politique qui aménage et contrôle leur mode de satisfaction et le sort du désir s’y joue du même coup. Le biologisme qui dérive les besoins d’une nature humaine immuable ignore le caractère « évolutif » « historique » des normes de satisfaction imposées par une organisation sociale des pouvoirs qui explique comment les besoins sont soumis à des normes contraignantes. Il en va du Pouvoir comme du droit, qui n’est oppressif qu’en tant qu’instrument de contrainte au service d’une caste ou d’une classe dominante. En mode de production capitaliste, précisément, la multiplication et la massification des besoins sont là pour accompagner l’accumulation du capital et la marchandisation générale des rapports sociaux qui ne limite pas à une seule société ou une zone géographique mais elle s’étend à la planète entière. Dans le contexte de la marchandisation, le besoin réel est structurellement et institutionnellement converti en besoin solvable. Donc, une double falsification des besoins en résulte : d’abord ne sont reconnus que les besoins proprement économiques, d’où une mutilation de l’expérience psychologique et ensuite les besoins économiques eux-mêmes ne sont admis sur le marché qu’en fonction de la solvabilité des acheteurs. La réduction du besoin à la demande solvable aliène l’individu à la logique marchande et un besoin aliéné engendre fatalement un désir mystifié. La captation du besoin qui est aussi détournement du désir provoque des tensions et une violence symbolique. Les pratiques et les aspirations engendrées par l’expérience des faux besoins et des désirs détournés marquent l’irrationalité sociale et culturelle du mode de production capitaliste.

_________________
BONJOUR A VOUS FEMME ET HOMME DU MONDE !!!!!!!!! autogestion, je suis entre la forêt et Le samsàra jusqu'as que je trouve une terre d'asile pour vivre en harmonie avec la nature, que le vent vous garde dans la voix .



avatar
avec-amour-et-paix
Journalistes
Journalistes

Masculin
Nombre de messages : 3537
Age : 54
Localisation : montpellier
Humeur : belle
tendances politiques : anarchiste
Date d'inscription : 18/02/2008

Niveau de Courtoisie:
Gérer par le Tribunal:
14/14  (14/14)
Argent de poche:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarnac: Les accusations (vidéos)

Message par avec-amour-et-paix le Mar 14 Avr - 10:16

L’irrationalité sociale est induite par l’aliénation et la violence économique. À côté de la violence économique, il y a la violence symbolique créée et entretenue par l’incorporation d’un habitus et l’inculcation d’un arbitraire culturel par le truchement de l’appareil scolaire. L’aliénation économique produit la mystification, laquelle s’alimente entre autres à l’imaginaire qui conforte à son tour la mystification. L’irrationalité économique induit le phantasme qui est la réalité niée et dont la répression conduit à la névrose voire à la folie. Mais la répression a sa source dans le Capital puisque c’est lui qui produit les besoins qui assujettissent. C’est le Capital qui suscite chez l’homme « un besoin nouveau pour le contraindre à un nouveau sacrifice, pour le placer dans une nouvelle dépendance et le pousser à un nouveau mode de jouissance, donc de ruine économique. Ainsi avec la masse des objets, s’agrandit l’empire des êtres étrangers auxquels l’homme est soumis. Tout produit nouveau renforce encore la tromperie réciproque et le pillage mutuel ; l’homme devient de plus en pauvre en tant qu’homme ; il a de plus en plus besoin d’argent pour s’emparer de l’être hostile et la puissance de son argent diminue en raison inverse de l’accroissement du volume de la production. Autrement dit, son indigence augmente à mesure que croît la puissance d’argent. Le besoin d’argent est donc le vrai besoin produit par l’économie politique et l’unique besoin qu’elle produit »(Karl Marx, la première critique de l’économie politique, Ecrits de 1843-1844, UGE, 1972. pp 168-169.)

Ce qui vient d’être dit montre l’ampleur de la violence qu’exerce un pouvoir qui ne détient pas seulement le monopole de la violence physique (policière et judiciaire) mais aussi celui du couple manipulation-répression des besoins. Car le « pouvoir » pour autant qu’un régime social du désir le permet, est voué, non seulement à satisfaire des besoins, mais aussi à maintenir la satisfaction insatisfaite, à ménager au besoin un avenir, de façon que la satisfaction du besoin préserve pour ainsi dire la flamme du désir qui en est, en termes psychanalytiques, le foyer. La norme, c’est le mode d’action du pouvoir qui naît avec la satisfaction du besoin pour en produire d’autres. Mais lesquels ? Il y a des besoins dont on n’a pas besoin ou ils sont des désirs négatifs et aliénants, c’est-à-dire des pures fantasmes. La limite de la jouissance procurée par la satisfaction des besoins, en mode de production capitaliste, c’est la saturation des marchandises. Le désir, comme d’ailleurs le besoin, est enrôlé au service de la production. En définitive, nous sommes immanquablement conduits à une certaine pratique productive qui convertit à l’instar de la thermodynamique, le besoin dépendance en besoin puissance, d’où l’accumulation indéfinie des marchandises. La stratégie du Pouvoir traite le besoin à la fois comme base de sa puissance(économique) et comme menace pour sa cohérence(sociale). Il est donc d’un intérêt capital, après avoir capté le besoin, de captiver le désir en lui fournissant le vaste royaume des compensations fictives, représentations et symboles en lesquels se projettent et se gratifient les frustrations foisonnantes d’une quotidienneté que travaille l’absurde.

Parmi les finalités de la lutte politique, il y a la lutte pour imposer de nouvelles normes de production de besoins, c’est-à-dire de biens et de services. À cet égard, l’épicerie de Tarnac apparaît comme une forme de lutte politique contre une norme de production et un régime politique qui la produit et qui l’oriente.



CONCLUSION

En guise de conclusion sur l’affaire Coupat et le groupe de Tarnac, nous allons reprendre l’une des règles de la méthode sociologique d’Emile Durkheim, celle relative à la distinction du normal et du pathologique. La première phrase du chapitre III qui traite des « Règles relatives à la distinction du normal et du pathologique » dit ceci : « L’observation, conduite d’après les règles qui précèdent, confond deux ordres de faits, très dissemblables par certains côtés : ceux qui sont tout ce qu’ils doivent être et ceux qui devraient être autrement qu’ils ne sont, les phénomènes normaux et les phénomènes pathologiques »(Emile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Quadrige/PUF, 1997, 9ème édition, p.47.) Pour Durkheim, l’intérêt de la distinction consiste à éclairer la pratique. Parmi les phonémiques pathologiques, Durkheim cite le crime qui, au-delà des réactions qu’il suscite dans le corps social, est un phénomène de sociologie normale. La criminalité est un phénomène normal et nécessaire pour l’équilibre de la société et le crime est « un facteur de la santé publique »(p.66).

Cette distinction de Durkheim entre le normal et le pathologique peut s’avérer opérante dans le cas de Julien Coupat et le groupe de Tarnac. Comme le crime pour Durkheim, le groupe de Tranac est un phénomène pathologique induit par nos sociétés actuelles dont les fondements et le mode de fonctionnement sont basés sur la violence sous sa double forme physique et symbolique. Les réactions et les comportements des jeunes gens de Tarnac comme tous ceux qui sont armés « d’une idéologie de destruction » sont des constantes pathologiques qui réagissent à une violence chronique et structurelle induite par un système social délictogène et criminogène. Tout en étant l’expression d’une société et d’un Etat qui fonctionne grâce et à cause de la violence, le groupe de Tarnac, comme le crime chez Durkeim, est une facteur de la santé publique. Le groupe de Tarnac est la médecine chargée de nous soigner et de nous guérir, car la guérison est la reconquête d’un état de stabilité et guérir, ce n’est pas autre chose que de se donner de nouvelles normes de vie supérieures aux anciennes. C’est en ce sens que l’on peut considérer Julien Coupat et ses camarades de Tarnac comme de la médecine, car s’il y a médecine c’est parce qu’il y a maladie à guérir et cette maladie c’est la violence sociale.

S’il y avait une vraie justice inspirée par l’esprit du juste et de l’équité, ce ne sont pas les jeunes gens de Tarnac que l’on poursuivrait et que l’on inculperait pour terrorisme et sabotage mais ceux qui détiennent le monopole et l’usage de la violence, à savoir les États et les classes dominantes. Ceux qui exercent la violence terroriste, ce sont ceux qui disposent de gigantesques moyens(les vrais) sophistiqués, scientifiques, techniques et humains pour exercer et perpétuer la violence sous sa double forme physique et symbolique. À vrai dire, la violence et le terrorisme ne peuvent être le fait des classes dominées qui n’ont ni armes, ni munitions, ni services de renseignements, ni services d’espionnage, ni Compagnies républicaines de sécurité(CRS), ni police judiciaire, ni hélicoptères de surveillance, ni mouchards, ni informateurs etc. Il est illogique de parler de la violence des classes dominées, car comment peuvent-elles pratiquer la violence et le terrorisme sans en avoir les moyens nécessaires ? La violence terroriste dans nos sociétés actuelles est à sens unique et elle ne peut être que le fait d’un Etat et d’une classe dominante. Face à la violence dominante, les classes dominées sont condamnées soit à subir soit à résister.

Un tribunal pénal international aurait dû être créé spécialement pour juger les dirigeants du G 8, du G 20 et ceux de l’OTAN des chefs d’« association de malfaiteurs, direction et organisation du terrorisme international en bande organisée en vue de préparer des guerres impérialistes et de mener des actions terroristes partout où il y a des matières premières et des marchés à contrôler et à conquérir ». Le secrétaire général de l’ONU et dles directeurs du FMI, de la Banque mondiale et de l’OMC, scientifiques et humains auraient dû être jugés et condamnés pour « : direction et organisation de la violence internationale utilisée comme méthodes et techniques de gouvernement et de domination des nations et des peuples»

et « organisation et direction de malfaiteurs ayant entraîné la mort et la famine des millions d’hommes dans le monde »

En définitive, tous les hommes libres se reconnaîtront immanquablement dans Julien Coupat et le groupe de Tarnac qui ont accompli une véritable œuvre d’hygiène mentale en rappelant à tout un chacun, son DEVOIR DE HAINE FACE A LA VIOLENCE SOCIALE.

Faouzi ELMIR, pour Mecanopolis

Retrouvez tous les articles de Faouzi Elmir sur Le Bulletin de l’International

rose

_________________
BONJOUR A VOUS FEMME ET HOMME DU MONDE !!!!!!!!! autogestion, je suis entre la forêt et Le samsàra jusqu'as que je trouve une terre d'asile pour vivre en harmonie avec la nature, que le vent vous garde dans la voix .



avatar
avec-amour-et-paix
Journalistes
Journalistes

Masculin
Nombre de messages : 3537
Age : 54
Localisation : montpellier
Humeur : belle
tendances politiques : anarchiste
Date d'inscription : 18/02/2008

Niveau de Courtoisie:
Gérer par le Tribunal:
14/14  (14/14)
Argent de poche:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tarnac: Les accusations (vidéos)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum