Relier les points : guerre de terreur et sionisme mènent la danse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Relier les points : guerre de terreur et sionisme mènent la danse

Message par alpha le Mer 24 Déc - 23:25

Relier les points : guerre de terreur et sionisme mènent la danse


Peintures murales de l'aéroport de Denver

Alors que le monde tombe sous le charme du prétendu changement porté par Obama, les sionistes s'infiltrent dans son équipe et saisissent l'opportunité d'assiéger Gaza. Avec un timing étonnamment parfait, l'Inde connaît son propre 11septembre tandis que les doigts pointent vers le Pakistan.

Il faut s'attendre à ce que le sang coule toujours plus alors que les symptômes de conflits armés et les prévisions d'attaques terroristes catastrophiques ne cessent de se manifester.

Pendant ce temps, Mère Nature prend bonne note de la folie humaine et couvre le monde d'un souffle froid. Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas: l'activité cosmique répond à coup de boules de feu et autres mystères.

Le 11 septembre indien: Les terroristes jusque là inconnus ont encore frappé
Un nouvel épisode bizarre de folie et de haine débridées vient d'avoir lieu, cette fois-ci à Bombay.

D'après la version officielle, un groupe composé de seulement 10 terroristes entraînés et armés jusqu'aux dents de fusils d'assaut, de grenades et d'explosifs de type plastic ont débarqué de leurs embarcations à Bombay, tué au hasard plus de 200 personnes dans les rues et hauts-lieux touristiques, capturé des otages dans deux hôtels de luxe, un hôpital, une gare et un centre communautaire juif, et réussi à tenir tête aux escadrons d'élites indiens pendant plus de trois jours. Ah, au fait, on nous a d'abord raconté que ces individus appartenaient à l'un des ces mystérieux groupes terroristes «jusqu'alors inconnus» (souvenez-vous du récent attentat de l'hôtel Marriott à Islamabad), celui-ci répondant au nom de «Moudjahidins du Deccan». Il nous faut supposer qu'ils ont juste eu «de la chance ».






Un incendie embrase le dernier étage de l'hôtel Taj Mahal.

Il se trouve également que les terroristes étaient équipés de Blackberrys qu'ils utilisaient pour se connecter à Internet et suivre les mouvements de la police et la réaction générale à leurs attaques. Peut-être sommes-nous censés croire que cette «mortelle» capacité à surfer sur Internet leur a permis de connaître les mouvements du chef de la police anti-terroriste indienne Heman Karkare, et de l'éliminer.

Sommes-nous les seuls à croire que cette histoire ne tient pas debout?

De plus, les terroristes étaient excessivement calmes. Selon les témoins: «leur témérité était incroyable»

«Pendant qu'un individu rechargeait son arme, les autres continuaient à tirer. Ils semblaient calmes et sereins. Ils ne se hâtaient pas le moins du monde. Ils ne semblaient pas du tout effrayés.» [...]

D'après des témoins locaux, l'orgie meurtrière de Bombay débuta [au café Léopold]. Trois hommes sont entrés dans le café, ont bu des bières, payé leur addition et sont sortis. Puis ils ont sorti des armes de leurs sacs et ont commencé à tirer.

Gaffar Abdul Amir, un touriste iraqien originaire de Bagdad, déclare avoir vu au moins deux hommes ouvrir le feu à l'extérieur du café Léopold

Il rejoignait avec un ami son hôtel situé sur le bord de mer lorsqu'il a vu deux hommes, portant des sacs et brandissant des AK-47, qui marchaient devant eux en tirant des coups de feu.

«Ils ne ressemblaient pas à des Indiens, ils avaient l'air étrangers. Je pense que l'un d'entre eux était blond. L'autre était coiffé comme un punk. Ils étaient bien habillés» déclare M. Amir.

Ouep ! L'apprenti terroriste islamique de base, en somme : punk, blond, buveur de bière et tireur d'élite flegmatique ! Ajoutez à cela cette observation intéressante faite par Ahmed Quraishi au sujet de la photo du terroriste prise à la gare. Selon Quraishi, l'homme armé «porte un bracelet orange qui est très répandu parmi les Hindous pratiquants... Ce bracelet est sacré aux yeux des Hindous fondamentalistes qui croient que son port est signe de dévotion et apporte la bonne fortune.»






D'après la version officielle, l'homme photographié à la gare de Bombay, fusil d'assaut et grenades à la main, serait Azam Amir Kasab, âgé de 21 ans - il serait le seul terroriste à avoir survécu.

Nous découvrons dans le Guardian comment la version de l'histoire officielle s'est formée:

«Les tensions entre l'Inde et le Pakistan se sont accrues la nuit dernière après qu'on a déclaré que le seul terroriste à avoir survécu aux trois jours de combat meurtriers de Bombay était originaire du Pakistan, et que les 9 autres militants islamiques étaient originaires de ce pays ou y avaient suivi un entraînement.»

Attendez un instant! Juste la veille, les journaux britanniques déclaraient que sept des terroristes étaient des citoyens de la Couronne - originaires de Leeds, Hartlepool et Bradford. Ils mentionnaient également que «deux Britanniques avaient été capturés ainsi que 8 autres terroristes après que des commandosindiens eurent pris d'assaut deux hôtels et un centre communautaire juif afin de libérer des otages». Cela fait un total de dix terroristes arrêtés. Mais nous n'avons désormais qu'un seul survivant, dénommé soit Azam Amir Kasab soit Mohammed Ajmal Qasam, et dont, coïncidence, la photo a fait la Une de tous les journaux, et qui, malgré son fanatisme et sa volonté de participer à une mission suicide, a décidé de trahir sa prétendue cause en chargeant le Pakistan!

[...]

La colère populaire est en train de monter à la suite d'allégations impliquant le Pakistan dans ces attaques. Ces allégations é incluent:

- La déclaration de Kasab selon laquelle les militants ont été entraînés dans deux camps gérés par Lashkar-e-Taiba, au Pakistan

- Les allégations selon lesquelles les téléphones retrouvés dans un bateau de pêche suspecté d'avoir transporté les terroristes jusqu'à Bombay avaient été utilisés pour appeler le Pakistan. Ce qui n'est pas sans rappeler le coup du «passeport flambant neuf» retrouvé au milieu des ruines des tours jumelles.

- La déclaration de Sri Prakash Jaiswal, ministre de l'Intérieur indien, selon laquelle, «à ce jour, l'enquête a révélé l'implication de groupes basés au Pakistan dans les attentats de Bombay.»

En réponse à l'affirmation selon laquelle les terroristes étaient soit d'origine pakistanaise soit entraînés dans ce pays, un responsable pakistanais a déclaré que des troupes seraient envoyées à la frontière si les tensions continuaient à monter...

... une confrontation entre l'Inde et le Pakistan étant probablement l'objectif fondamental de cette opération. Remarquez la référence à Lashkar-e-Taiba, groupe qui selon le Times avait des liens avec l'ISI, l'agence de renseignements inter-armées pakistanaise. Ce que le Times omet de mentionner, c'est que l'ISI a également de forts liens avec la CIA et les services secrets britanniques. En fait, l'ISI est essentiellement la branche sud-asiatique de la CIA et du MI6. [Ndt: Je crois qu'il y a une petite coquille dans le texte original qui parle d'Asie du Sud-Est alors que le Pakistan se trouve en Asie du Sud] Par conséquent, si l'ISI a été impliquée dans les attentats de Bombay, vous pouvez être sûr qu'elle a reçu ses ordres de Washington et de Londres. Mais quand le but de la propagande est d'accuser le Pakistan, de tels détails n'ont guère d'importance.

Toutefois, malgré les déclarations initiales, il est devenu de plus en plus clair qu'aucun fondamentaliste basé au Royaume-Uni n'était impliqué. Les forces de police britanniques ont démenti toute enquête locale, et Gordon Brown a déclaré qu'il n'y avait pas de «preuve» démontrant un quelconque lien entre ces terroristes et le Royaume-Uni.

Bien sûr qu'il n'y aura pas de «preuve» contredisant la version des faits destinée au public. Etant donné : les incohérences dans le récit déjà incroyable de ces attaques ; le fait que le Pakistan et les musulmans en général n'avaient rien à gagner et tout à perdre dans une telle opération ; et le timing parfaitement synchrone avec le siège de Gaza par Israël - ce qui a ainsi détourné l'attention de la planète - nous vous demanderons de nous excuser si, une fois encore, nous soupçonnons une opération faux drapeau.

Ces attentats ont pu être menés soit par des unités d'élite soutenues par un gouvernement et disposant d'une porte de sortie sécurisée au milieu de la confusion (par exemple, en capitulant tout en sachant qu'elles seraient ensuite gentiment libérées), soit par des individus sous le joug d'une manipulation mentale les poussant à agir au mépris de leur propre vie, soit par une combinaison des deux .

Il est important de comprendre que lorsque nous parlons de manipulation mentale, nous ne disons rien de plus extraordinaire que ce que les médias vous disent déjà. Même si vous croyez à la version officielle, vous devez accepter que quiconque ayant capacité à abattre au hasard autant de victimes que possibles au cours d'une mission suicide a subi un lavage de cerveau afin de commettre des actes allant à l'encontre de sa raison, de sa morale, de sa nature et de son bon sens. Que la manipulation mentale soit induite par un endoctrinement social, un conditionnement pavlovien ou une autre technique inconnue du public, le fait est que les gens peuvent être amenés à croire et à faire des choses contraires à leur tendance naturelle. Par conséquent, en réalité, le comment n'est pas vraiment le problème, ce qui compte est le pourquoi. Comme toujours, pour comprendre les raisons, nous devons nous poser cette question: cui bono? (À qui profite le crime?)
avatar
alpha
Journalistes
Journalistes

Masculin
Nombre de messages : 372
Age : 27
Date d'inscription : 28/02/2008

Niveau de Courtoisie:
Gérer par le Tribunal:
14/14  (14/14)
Argent de poche:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relier les points : guerre de terreur et sionisme mènent la danse

Message par alpha le Mer 24 Déc - 23:26

Détail des peintures murales de l'aéroport de Denver

Pour répondre à cette question, une connaissance du contexte est nécessaire. Comme nous l'avons expliqué dans notre parution de septembre, Pervez Musharraf, l'ex-président pakistanais - un supporter inconditionnel des États-Unis - a récemment démissionné, pour être remplacé par Asif Ali Zardari, qui a décidé de défendre les droits de son pays et de s'opposer aux incursions de l'armée étasunienne sur son territoire. Cette prise de position a probablement eu pour résultat l'explosion de l'hôtel Marriott d'Islamabad la nuit où Zardari envisageait d'y dîner avec tous ses ministres. Néanmoins, Zardari a continué à s'opposer aux dictats de Washington, et les États-Unis ont répondu en faisant du Pakistan la cible de sa rhétorique et de ses drones missiles. Ainsi, le duo services secrets/militaires étasuniens dispose-t-il d'une bonne raison pour initier une attaque terroriste et en accuser le Pakistan - tout en gardant à l'esprit que les services secrets pakistanais, l'ISI, sont sans doute plus loyaux vis-à-vis de la CIA que de Zardari.

Les services secrets israéliens constituent le deuxième (et habituel) suspect. Le Pakistan faisant désormais partie des rebelles s'opposant à l'axe du mal, il devient une cible, en tant qu'État musulman doté de l'arme nucléaire. Suivant le raisonnement selon lequel l'ennemi de mon ennemi est mon ami, il se peut que les services secrets israéliens «soutiennent» des représentants de l'extrême droite au sein de l'establishment indien, et les aident à entraîner leur pays vers un conflit avec le Pakistan - et ce, que les autres membres de l'establishment en aient conscience ou non. Souvenez-vous qu'en 2000, à Calcutta, des agents secrets indiens arrêtèrent 11 étrangers pour les interroger, alors qu'il s'apprêtaient à embarquer sur un vol à destination du Bangladesh. On les soupçonnait de détournement aérien, mais ils furent relâchés après avoir été identifiés comme des prêcheurs islamiques. Toutefois, il se troue qu'ils détenaient des passeports israéliens et que Tel-Aviv avait «exercé une pression considérable» sur Delhi pour s'assurer de leur libération. Des experts des renseignements les soupçonnent d'être au service du Mossad.

Pour terminer, nous ne devons pas écarter l'hypothèse de Quraishi selon laquelle «un noyau d'idéologues laïques et de nationalistes hindous ont lancé un "coup d'Etat feutré" à New Delhi, afin de : porter au pouvoir les faucons partisans de la politique étasunienne qui veut faire de l'Inde le gendarme de la région; isoler le Pakistan; s'opposer à la Chine». Selon Quraishi, Hemant Karkare - le chef de l'anti-terrorisme tué lors des attentats - est l'homme qui découvrit ce complot, alors qu'il «menait une enquête de haut-vol sur une cellule terroriste indienne».

Naturellement ces trois suspects ne sont pas mutuellement exclusifs.


Des tyrans conquérants pénètrent dans Gaza
La conséquence malheureuse (et peut-être délibérée) des attaques de Bombay a été de détourner l'attention de la communauté internationale de la tragédie vécue par le peuple de Gaza. Au cas où vous l'auriez ratée, vous trouverez ici le lien vers l'analyse du siège de Gaza rédigée par Windmill Knight et Joe Quinn. Récapitulons les événements en ajoutant quelques mises à jour.

Le jour de l'élection étasunienne, alors que tous les regards étaient fixés sur les écrans de télévision, les Israéliens décidèrent que le moment était idéal pour rompre la trêve avec le Hamas, envahir Gaza, tuer six Palestiniens, et les accuser d'avoir rompu le cessez-le-feu alors que c'est à la suite de ces actes que le Hamas répondit en envoyant des roquettes sur Israël. Il ne fait aucun doute que les sionistes perçoivent la nomination par Obama de Rahm Emanuel au poste de secrétaire général de la Maison-Blanche (voir plus bas) comme un feu vert donné à leurs plans, puisque, depuis, la situation n'a cessé de se détériorer.



Les juifs contre le sionisme

Des avions israéliens tirèrent des missiles sur des cibles au nord de la bande de Gaza, blessant deux Palestiniens, prétendument en réponse aux tirs de roquettes du Hamas. Le cessez-le-feu avait été rompu une semaine plus tôt, lorsque l'armée israélienne avait attaqué un tunnel (selon elle) que des militants s'apprêtaient à utiliser pour lancer une attaque au-delà de leur frontière. Bien entendu, on ne peut se comporter en tyran sans excuse, et c'est la raison pour laquelle ces roquettes du Hamas largement inefficaces et généralement inoffensives sont si pratiques. Pourquoi le Hamas aurait-il recours à une tactique qui nuit tant à la cause qu'il défend? En fait, il y a un mois et demi, le Hamas a accusé des «collabos à la solde des Israéliens» d'avoir lancé ces roquettes.

L'ONU a dû fermer ses centres d'aide à Gaza après l'épuisement de ses réserves de nourritures - conséquence d'un bouclage complet des frontières décidé par Israël il y a un mois.

L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a qualifié les conséquences du renvoi des camions de nourriture de «catastrophiques». En effet, nous parlons ici de 750 000 personnes privées de nourriture!! Comment appeler cela: génocide, terrorisme ou les deux?

John Ging, directeur des opérations de l'ONU à Gaza, a déclaré:

«Nous ne pouvons qualifier la situation à Gaza autrement que de terrible et de terrifiante. 750 000 réfugiés dépendent de la nourriture que nous leur fournissons, et les Israéliens nous interdisent de la distribuer [...] Le verrouillage israélien, punition collective infligée aux civils, viole les lois internationales.»

Comme dans tout crime, leurs auteurs n'aiment pas les témoins. 20 consuls européens qui avaient prévu de visiter Gaza se sont vus refuser l'entrée au poste frontière d'Erez. De même, les travailleurs sociaux n'ont pu traverser la frontière, et les malades ont reçu l'interdiction de quitter la bande de Gaza pour recevoir leurs soins. De la même manière, les journalistes étrangers ont été interdits d'accès pendant plus d'une semaine.

Alors, quel est le plan des sionistes? Cette fois-ci, nul besoin de se perdre en conjectures: Matan Vilnai, ministre de la Défense israélien, a expliqué à notre place ce qu'il en était: une vaste invasion de Gaza n'est plus qu'une affaire de temps, et l'armée est déjà prête à intervenir. Comme Jonathan Cook l'a écrit:

«Toutes les décisions [retrait des colons, repli des troupes à la périphérie de la bande de Gaza] servent le même objectif: persuader la communauté internationale que l'occupation de Gaza par Israël est terminée, et qu'Israël peut donc ignorer les lois régissant toute occupation et exercer une violence permanente contre Gaza.

Les ministres se sont relayés pour exprimer ce point de vue. Ehud Olmert, par exemple, a déclaré que les habitants de Gaza ne devraient pas être autorisés à «mener une vie normale» ; Avi Dichter estime que des sanctions devraient être infligées «quel qu'en soit le coût pour les Palestiniens» ; Meir Sheetrit a pressé Israël de «choisir un quartier de Gaza et de le raser» - voilà les positions politiques discutées par les ministres israéliens la semaine dernière

La suite ici : http://futurquantique.org/big-brother/523-relier-les-points-guerre-de-terreur-et-sionisme-menent-la-danse
avatar
alpha
Journalistes
Journalistes

Masculin
Nombre de messages : 372
Age : 27
Date d'inscription : 28/02/2008

Niveau de Courtoisie:
Gérer par le Tribunal:
14/14  (14/14)
Argent de poche:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum