L'arnaque du crash ?Crime contre l'humanité ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'arnaque du crash ?Crime contre l'humanité ?

Message par alpha le Mer 15 Oct - 10:26

L'arnaque du crash ?Crime contre l'humanité ?
ÉTATS-UNIS • Quand la crise mène à la dépression
Depuis la crise financière, de nombreux Américains sans emploi sont très angoissés. Certains choisissent même d'en finir avec la vie.


A la bourse de New-York, lors de l'annonce de la faillite de Lehman Brothers, 16 septembre 2008
DR


Un homme au bord de la ruine financière a tué sa famille avant de se suicider la semaine dernière à Porter Ranch, en Californie. C'est là le dernier exemple et le plus extrême de la vague de désespoir qui déferle sur les Américains. Karthik Rajaram, un conseiller financier sans emploi, a laissé une note expliquant que sa situation financière ne lui laissait pratiquement pas d'autre choix que de tuer sa femme, ses trois enfants et sa belle-mère.
Le cas de la famille Rajaram illustre de façon tragique la tourmente émotionnelle que vivent les Américains en raison de la crise financière. La peur de perdre sa maison, son emploi, et la chute des cours de la Bourse provoquent une montée des pathologies mentales. "La seule fois où j'ai vu quelque chose d'approchant au cours des vingt dernières années, c'était le pic qui a suivi le 11 septembre 2001", confie Richard Chaifetz, le PDG de ComPsych, une société de Chicago qui coordonne pour les employeurs les consultations pour troubles mentaux. "Mais là, les troubles sont plus dispersés géographiquement, et la situation ne va pas s'améliorer en un mois."

Selon Rich Paul, de ValueOption, une société de Virginie qui organise également des consultations pour troubles mentaux, les appels concernant un stress lié à une saisie immobilière et des difficultés financières ont augmenté en Californie de 200 % en un an. Le Dr Mason Turner, le chef du service de psychiatrie du San Francisco Medical Center, indique que les admissions dans son service ont été multipliées par quatre en août et que 60 % des patients imputaient en partie leur problème à l'angoisse financière. "Je suis vidé, j'ai l'impression qu'il me faudrait une injection de vitamine B12 tous les quarts d'heure", confie Darin Jackson, un verrier originaire du quartier de Moreno Valley où l'on ne compte plus les maisons saisies.

Pour d'autres comme Karthik Rajaram, la pression financière paraît un gouffre insurmontable. Qu'est-ce qui a fait basculer cet homme de 45 ans ? Mystère. Selon ses proches, il avait fait une belle carrière en investissant dans des start-up avant de connaître la crise financière qui l'a conduit à sa perte. Avec Rajaram, sa femme, 39 ans, sa belle-mère, 69 ans, et ses trois fils, 7, 12 et 19 ans, il semblait former une famille de la classe moyenne classique. Un ancien associé raconte cependant qu'il avait "des problèmes de comportement" et que, émotionnellement, "il n'était pas stable." La police n'a trouvé chez lui aucune trace de menace de saisie ni de faillite. L'un des enquêteurs précise cependant que Karthik Rajaram avait "perdu beaucoup d'argent sur les marchés boursiers." "Nous savons qu'il était convaincu qu'il n'avait pas le choix, confie le capitaine Sean Kane. C'est dommage, parce qu'il est évident qu'il avait d'autres possibilités."

Le taux de dépression et de suicide tend à augmenter en période de grave crise économique. Selon une étude qui s'est intéressée aux mouvements économiques entre 1972 et 1991, les suicides augmentent en moyenne de 2 % quand l'économie chancelle. Déprimés à cause de leur situation financière, les gens commencent à s'isoler, et ils s'effondrent, explique le Dr Mason Turner. Coupés du réseau de soutien dont ils ont pourtant grand besoin, ils sombrent dans le désespoir. Les suicides demeurent toutefois rares. Le résultat le plus fréquent, c'est un sentiment permanent de malaise qui nuit au travail et aux relations personnelles.

Selon une étude de l'American Psychological Association (APA) publiée le 7 octobre, huit Américains sur dix déclarent que l'économie est une grande source de stress dans leur vie. Près de la moitié se demandent s'ils vont pouvoir subvenir aux besoins de base de leur famille. "Si une personne s'angoisse à propos d'une chose, elle s'angoisse pour tout. Il y a un effet boule de neige", note la psychologue Elaine Rodino, représentante de l'APA à Santa Monica. Après une décennie d'argent facile et d'augmentation des prix de l'immobilier, nombre de personnes ont eu du mal à faire face à l'éclatement de la bulle financière. Le coup est particulièrement rude pour les immigrés attirés par le rêve américain.

Karthik Rajaram faisait partie d'une minorité modèle qui a vécu le rêve américain en moins de temps que la plupart des autres vagues d'immigrés, explique Lakshmy Parameswaran, la fondatrice de DAYA, une organisation de Houston qui aide les victimes de violences domestiques originaires d'Asie du Sud. Cette réussite s'accompagne de grandes espérances, mais aussi de fortes pressions.
Denise Gellene
Los Angeles Times

ÉTATS-UNIS Quand la crise mène à la dépression
avatar
alpha
Journalistes
Journalistes

Masculin
Nombre de messages : 372
Age : 27
Date d'inscription : 28/02/2008

Niveau de Courtoisie:
Gérer par le Tribunal:
14/14  (14/14)
Argent de poche:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum