La Russie, un rempart contre l' Empire et contre la guerre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Russie, un rempart contre l' Empire et contre la guerre ?

Message par alpha le Lun 6 Oct - 9:11

La Russie, un rempart contre l' Empire et contre la guerre ?



Mes amis,

L'humanité est aujourd'hui menacée par un grave péril, une sorte de cancer qui est en train de gangréner de nombreux états, notamment européens. L'Europe ne mérite même plus son nom; elle n'a rien à voir avec la vision des Pères fondateurs. Elle n'est plus qu'une tête de pont, sur le continent, d'une Amérique complètement folle, dont la désintégration est proportionnelle aux ambitions hégémoniques. Je n'hésite pas à le dire, l'Europe des Sarkozy et des Barroso n'est plus qu'un relais servile des projets impérialistes américains, le supplétif de leurs ambitions, et cela jusqu'à la lisière de la Russie acculée à se protéger.

Or, le visage de l'Amérique est devenu hideux. Car il est modelé par une nouvelle idéologie, un courant qui souhaite voir les Etats-Unis dominer le monde, asseoir un nouvel ordre international, imposer sa suprématie commerciale et militaire comme sa civilisation à l'ensemble de la planète, décider seul de ce qui est bon pour l'humanité, même au prix de guerres préventives, nucléaires, permanentes, contre tous ceux qui oseraient s'élever contre cette hégémonie orgueilleuse, totalitaire et prédatrice.

Ce courant, c'est celui des néo-conservateurs. Il est raciste - car il repose sur la suprématie de la race blanche judéo-chrétienne -, et même eugéniste (doivent être éliminés sans pitié ceux qui ne correspondent pas à ce schéma, ou les plus faibles), ultra-libéral, haineux notamment envers les islamistes, guerrier, partisan du fameux "choc de civilisations" contre le monde arabo-musulman, d'abord, puis eurasiatique, russe et chinois, ensuite, et surtout il est obsédé par l'émergence d'une puissance rivale. Et là, nous touchons au coeur d'un conflit qui peut menacer l' Europe, dans la mesure où celle-ci, sous la houlette d'individus comme Barroso ou Sarkozy, d'ailleurs dûment formés aux USA, s'est mise au service des intérêts américains, oui, servilement, comme s'il n'y avait pas d'alternative pour elle, ni bien sûr d'autonomie possible.

C'est la nature même de l'U.E. qui est changée, en incluant les ex-républiques soviétiques et en mettant à sa tête de simples valets de la CIA.

Aujourd'hui, l'Europe libérale sacrifie ses citoyens aux multinationales. Ce faisant, elle s'aliène de plus en plus les peuples, d'ailleurs de moins en moins représentés par leurs élus. Et elle les conduit vers un affrontement direct d'abord avec le monde arabo-musulman, ensuite avec la Russie puis avec la Chine, au seul profit de l'Amérique exsangue et de la City londonienne.

Or, si les Etats-Unis sont en plein effondrement, la Russie modelée par Poutine et son nouveau dirigeant, renaît. Et même en tant que puissance capable de s'opposer aux visées américaines sur le monde ! Cette Russie-là a la sagesse d'entretenir de bons rapports avec son voisin chinois, et elle fait partie d'une organisation dont les Médias parlent peu, l'OCS, l'Organisation de la Coopération de Shangaï, une alliance militaire qui regroupe près de la moitié de la planète. De surcroît, la Russie d'aujourd'hui attire nombre de pays non-alignés, qui voient en elle une chance de résister à l'emprise américaine et à ses aventures hasardeuses, une opportunité pour l' équilibre du monde, et donc pour la paix. Mais pas seulement : La Russie de Poutine, débarrassée des oligarques prêts à brader le pays aux plus offrants, représente une espérance pour le monde. Et cela, c'est nouveau.

Dmitri Medvedev a clairement affiché la couleur. La Russie d'aujourd'hui plaide pour un monde multipolaire plus juste, plus équilibré, soucieux de dialogue, de coopération, de consensus. Est-il sincère ou opportuniste ? En tous cas, le pays fait aujourd'hui preuve de mesure, dans ses réponses aux attaques ou aux provocations américaines, et son approche est défensive, nullement agressive. Ce nouveau visage ne peut que séduire les Etats spoliés par la puissance dominante, ou menacés par elle, venant se placer, spontanément, sous le giron de la Russie redevenue forte et respectée : Des Etats de tous horizons, comme le Vénézuela, l'Iran, l'Afrique du Sud. Et plus la Russie montrera sa force tranquille, plus elle fera preuve de mesure, de sagesse, de concertation, plus les Etats, et les peuples, seront attirés par elle. Il y a là une nouvelle approche de la politique qui ne peut que séduire les déçus de l'hégémonie américaine. Et si les dirigeants européens manifestent peu d'empressement, il n'en va pas de même des peuples lassés de l'arrogance, de la cupidité, et du machiavélisme des Etats-Unis, toujours prêts à dresser les individus, et les Etats, les uns contre les autres. La Russie, par son comportement, marque des points, tandis que les uns après les autres, des pans entiers de sociétés se détachent, ou se méfient, de la malfaisante hydre américaine. Les Empires sont condamnés, tôt ou tard, à s'écrouler : La démesure se paie toujours.

Les idéologues néo-cons sont en train de perdre la partie. S'ils ne sont pas rapidement désavoués, les faits, de toutes façons, leur donneront tort. Les tyrans finissent toujours par être rejetés !

De ce fait, les Russes, paradoxalement, sont aussi une chance pour la démocratie. Car ils substituent peu à peu, par leur seule présence, un monde bi-polaire au monde uni-polaire rêvé par Washington et ses inspirateurs néo-cons. La donne est de taille. Surtout si les Européens, dans un élan de lucidité, raccrochent leurs wagons à ceux des Russes, pour commercer avec ce pays riche en ressources, pour étudier ensemble les réponses communes à apporter aux défis de notre temps, pour encourager le désarmement, et pour, au final, faire échec aux projets militaires et prédateurs des Américains sur le continent, notamment dans le Caucase, projets souvent uniquement mûs, d'ailleurs, par le désir d'affaiblir le rival potentiel.

Les Européens ont une spécificité, une image, à défendre, sous peine de disparaître, ils sont condamnés, tôt ou tard, à cesser de s'aligner sur les diktats de l'Empire en train de déchoir sur tous les plan, aussi bien financier que militaire.

Le réveil russe est la clef d'une redistribution des cartes entre les grandes puissances, la clef d'un futur monde multipolaire plus équilibré et moins prédateur, la clef, surtout, de la paix dans le monde. Nous aurions tort de faire d'elle un adversaire, alors qu'elle constitue une chance à saisir pour nous Européens. Le Général de Gaulle ne s'y était pas trompé. Et d'ailleurs, il avait le don d'anticiper les événements.

Ne nous trompons pas d'adversaires, si nous ne voulons pas revivre les horreurs passées. La Russie, aujourd'hui, est le meilleur rempart contre les aventures américaines, personnelles, hasardeuses, militaro-financières, violant les lois internationales.

Il est temps de retrouver la Sagesse. Ou de se préparer au pire !

Eva

TAGS : Europe, U.E., Russie, Poutine, D. Medvedev, Sarkozy, Eurasie, Caucase, Empire, Washington, monde bi-polaire, néocons, idéologues, Iran, Vénézuela, Afrique du Sud, OCS, Organisation de la Coopération de Shangaï, arabo-musulman, Londres, City, libéralisme, CIA, Barroso, Médias, choc de civilisations, Gl de Gaulle ...

http://r-sistons.over-blog.com/article-23416152.html
avatar
alpha
Journalistes
Journalistes

Masculin
Nombre de messages : 372
Age : 27
Date d'inscription : 28/02/2008

Niveau de Courtoisie:
Gérer par le Tribunal:
14/14  (14/14)
Argent de poche:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum